MAGHREB
04/05/2015 12h:34 CET | Actualisé 04/05/2015 12h:42 CET

Tunisie: Huit organisations mettent en garde contre des projets de loi liberticides et les agressions contre les journalistes

Article 19

MÉDIAS - Où en est la liberté de la presse en Tunisie environ cinq ans après la révolution? Huit organisations de défense de la liberté de la presse et des droits humains, ont dénoncé plusieurs atteintes à la liberté d'expression en 2015.

"Le début de l’année 2015 se caractérise par une recrudescence des exactions à l’encontre de la liberté de la presse (...) Depuis le début de l’année 2015, plus de 30 agressions auraient été commises contre des journalistes, dont une majorité dans les régions", constatent dans une déclaration commune, huit organisations telles que Reporter sans frontières (RSF), Article 19 ou encore la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH).

Le rapport cite dans ce sens le cas de journalistes frappés et menacés avec des armes à Kasserine par des agents de la garde nationale, celui du blogueur Yassine Ayari, civil condamné par un tribunal militaire, ou encore celui d'un journaliste de Jawhara FM poursuivi en justice par le gouverneur du Kef, parce qu'il a publié des statuts Facebook critiquant la lenteur des réformes de développement dans la région.

De même, les projets de loi relatifs à la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent ainsi que celui sur la répression des agressions contre les forces armées sont "liberticides" selon ces organisations:

Dans le premier, les articles 35 et 36 font peser "des menaces sérieuses sur le droit des journalistes à protéger la confidentialité de leurs sources".

Dans le second, l'article 12 ouvre la voie à une répression généralisée de toute opinion critique à leur encontre en énonçant des peines lourdes pour "outrage" aux forces armées.

LIRE AUSSI:Faut-il s'inquiéter du projet de loi punissant les "agressions" contre les forces armées?

À l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse célébrée dimanche, d'autres organisations comme le syndicat des journaliste (SNJT) et l'organisation de protection des journalistes (OTPJ) ont exprimé leur inquiétude face à une "dégradation" de la liberté de la presse en Tunisie.

LIRE AUSSI:Tunisie - Liberté de la presse: Des organisations dénoncent l'instrumentalisation des médias

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.