ALGÉRIE
04/05/2015 07h:58 CET | Actualisé 04/05/2015 07h:58 CET

Procès autoroute Est-Ouest: le verdict jeudi prochain

Archives

Le verdict du procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest sera prononcé jeudi prochain a annoncé le 3 mai Tayeb Hellali, président du tribunal criminel près la Cour d'Alger.

La journée avait été marquée par les plaidoiries des deux principaux prévenus contre lesquels le procureur général (PG) a requis une peine de 20 ans de prison ferme et des amendes de 8 millions de dinars.

Amine Sidhoum, avocat de Chani Medjdoub, a déploré "la torture qu'a subi son client dans les locaux du DRS." "La consécration de l'Etat de droit ne saurait être bâtie sur la torture".

L'avocat a essayé de battre en brèche une à une les accusations contenues et dans l'arrêt de renvoi et dans le réquisitoire de plus de trois heures du PG contre lequel il a été d'une virulence inouïe.

Il affirmera que ce dernier a parlé de tout, «sauf du dossier et de la loi. J'aurais aimé qu'il présente des preuves mais en échange il a basé son réquisitoire sur "ils ont dit, on a dit". La conviction s'établit sur des preuves et non sur des mirages fabriqués dans des cabinets spéciaux". Me Sidhoum a été franc et agressif. "Mon client a été humilié au nom de la loi et de la République. C’est une honte !" s’exclame-t-il, outré.

L’avocat a également expliqué au tribunal pourquoi son client a eu recours aux instances internationales pour torture. "Nous avons déposé plainte auprès de la justice algérienne pour enlèvement et détention arbitraire. Elle a été classée en une semaine. Une célérité déconcertante. Et comme nous n’avons pas le droit de recours, nous nous sommes adressés à la commission des droits de l‘homme de l’ONU. Car une garde à vue de vingt jours est illégale. Cela n’a absolument rien à voir avec l’atteinte à la souveraineté nationale", a-t-il renchérit.

L’avocat s'adressera ensuite au juge Hellali par "Monsieur le président, le tribunal de l’histoire est pire que le tribunal criminel, il est impitoyable".

Me Abassi avocat de Mohamed Khelladi, ex directeur de la direction des nouveaux projets, protestera pour sa part, "c’est mon client qui a fait exploser l’affaire, il est inadmissible qu’il se retrouve aujourd’hui derrière les barreaux et que le PG requiert contre lui une peine de 20 ans de prison. Il n’a fait que son devoir de signaler les malversations ayant entaché le projet".

L'avocat de Khelladi mettra en doute le témoignage d’Amar Ghoul en disant qu’il n’est pas sûr que ce soit lui qu’il ait rédigé en ce sens. Il a émis des doutes sur l'authenticité de ce document qu'il prendra, cependant, comme preuve pour dédouaner son client.

En affirmant qu’Amar Ghoul avait reconnu que la foire de Shanghai avait été prise en charge par la société CITIC-CRCC. Concernant la prise en charge de son fils handicapé, l'avocat a affirmé que son«client n’a pas usé de pression sur la société pour le faire".

Les prévenus ont pris tour à tour la parole et clamé leur innocence. En attendant le verdict de la cour annoncé pour jeudi prochain, une autre affaire s'est ouvert ce matin à Blida. Le procès El Khalifa s'est ouvert en présence du principal accusé cette fois-ci promettant une autre cascade de révélations.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.