ALGÉRIE
04/05/2015 13h:34 CET | Actualisé 04/05/2015 14h:28 CET

Ouverture du procès Khalifa Bank au tribunal criminel de Blida : Khalifa face aux juges

Archives

Le procès de l'affaire Khalifa Bank s'est rouvert ce 4 mai au tribunal criminel de Blida, huit années après le premier procès en janvier 2007 au niveau du même tribunal et où l'accusé principal était le plus grand absent.

Aujourd'hui, le procès s'est ouvert en la présence de Abdelmoumene Khalifa extradé de Grande-Bretagne le 25 décembre 2013.

Au total, 75 prévenus et plus de 300 témoins comparaîtront pour la deuxième fois, des victimes et partie civile seront présents au procès qui sera présidé par le juge Antar Menouar.

Abdelmoumène Rafik Khalifa est présent à la audience. Le juge Antar Menouar a rassuré les témoins sur la non obligation d'être présents tous les jours au tribunal. Une fois la cour criminelle constituée, on procède à la lecture de l'arrêt de renvoi. Un doucement constitué de 260 pages.

Pour rappel, ce même tribunal avait prononcé en mars 2007, après un procès qui a duré près de trois mois, des peines allant d'une année à 20 ans de prison, et relaxé une cinquantaine de personnes parmi les accusés.

Dix autres inculpés avaient été condamnés par contumace, dont Abdelmoumène Khalifa qui avait été condamné à perpétuité et qui n'est pas concerné par le nouveau procès.

Les chefs d'accusations retenus contre tous ces accusés sont "constitution d'une association de malfaiteurs, vol qualifié, escroquerie, abus de confiance et falsification de documents officiels".

La justice avait été saisie de cette affaire après que la Banque d'Algérie eut constaté un découvert de 3,2 milliards de DA de la caisse principale de Khalifa Bank.

LIRE AUSSI: Scandales, suite : le nouveau procès de la Khalifa Bank s'ouvre demain à Blida en présence du golden-boy déchu

Abdelmoumène Khelifa s'était réfugié au Royaume-Uni en 2003 et fut arrêté le 27 mars 2007 sur le territoire britannique dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen délivré par le tribunal de grande instance de Nanterre, près de Paris

Extradé du Royaume-Uni, Abdelmoumène Rafik Khalifa a été remis aux autorités algériennes le 25 décembre 2013.

Deux en un

Dans une déclaration à la presse, un de ses avocats, en l’occurrence Medjhouda Merouane, a estimé qu'une jonction de l'affaire de la caisse principale de Khalifa Bank avec celle de Rafik Khalifa abdelmoumene, jugé par contumace

en 2007, est tout à fait "pratique", mieux encore elle peut servir toutes les parties dans cette affaire.

L'avocat de Khalifa a estimé que la procédure décidée par le juge Menouar Lazhar sert "le fonctionnement de la justice dans cette affaire et, par ricochet, toutes les parties".

M. Medjhouda expliqué que le maintien de deux affaires avec deux procès distincts, comme il était prévu initialement, où Khalifa est accusé dans la première et témoin dans la seconde, aurait fait perdre beaucoup de temps au Tribunal et aux parties concernées par cette affaire.

Par la même occasion, l'avocat d'Abdelmoumene Kalifa a demandé à ce que le liquidateur de la banque, désigné en 2003, "rende des comptes concernant son travail", car, a-t-il expliqué, "en quittant l'Algérie durant cette même année, Khalifa a laissé de l'argent dans les caisses", s'interrogeant "pourquoi le liquidateur de la banque n'a toujours pas remis son rapport au tribunal" ?

Tout en réfutant "globalement et dans le détail" les accusations retenues contre Khalifa, l'avocat a précisé que celui-ci "est accusé au même niveau que les autres et dans l'arrêt de renvoi, il n'est nullement mentionné qu'il est l'accusé principal", ajoutant que le concerné "est prêt à user de tous les moyens légaux pour prouver son innocence".

Revenant sur l'état physiologique de l'accusé, paru très amaigri, l'avocat a précisé que cela "n'a rien à voir avec sa détention", ajoutant que Abdelmoumene "jouit de ses droits dont les visites hebdomadaires de sa famille".

LIRE AUSSI:

Hadjas, Khalifa, des pionniers et des scandales qui ont fermé l'activité bancaire au privé algérien

385 témoins convoqués le 4 mai prochain au tribunal criminel près la cour de Blida

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.