MAROC
04/05/2015 13h:59 CET

Ilyass El Omari: Ses confidences sur le PAM, le code pénal et le mémorandum adressé à Mohammed VI

Ilyass El Omari: Ses confidences sur le PAM, le code pénal et le mémorandum adressé à Mohammed VI
MAP
Ilyass El Omari: Ses confidences sur le PAM, le code pénal et le mémorandum adressé à Mohammed VI

VERBATIM - Le numéro deux du Parti authenticité et modernité (PAM) a accordé une interview fleuve à Akhbar Al Yaoum dans son édition du lundi 4 mai. Il y revient sur des questions d'actualité, ainsi que sur les buts et les objectifs de son parti. Reader's digest de ses propos.

La création du PAM

"Au début, je m'opposais à la création d'un parti politique. Je n'ai même pas assisté à la réunion décisive du Mouvement pour tous les démocrates (matrice du PAM: NDLR), à Tétouan, pendant laquelle il a été décidé de créer le parti, et je n'ai pas adhéré au PAM immédiatement après sa fondation. Lorsqu'on était dans le mouvement, nous n'avions pas l'intention de créer un parti. Nous voulions plutôt proposer une offre politique qui puisse regrouper la totalité des acteurs, excepté ceux qui font un usage idéologique de la religion, en d'autres termes les gens d'Al Adl Wal Ihsane, ceux du PJD ainsi que les courants salafistes."

Le but du PAM

"Le PAM a été créé pour remplir deux objectifs. Le premier est de construire une base sociétale qui pourrait endiguer la montée de l'obscurantisme. En cas d’échec, y faire, au moins, barrage. (...) Car nous nous sommes rendus compte, après les élections de 2007, (...) que des alliances entre le capitalisme international et les mouvements religieux allaient survenir. Les événements nous ont donné raison."

Le mémorandum adressé au roi

"Le mémorandum que nous avons adressé au roi n'était pas une plainte, mais une requête, respectueuse des dispositions de la Constitution. Nous voulions savoir si Benkirane, qui cite si souvent le roi dans ses discours, le fait de lui-même ou à la demande du roi. Le secrétaire général du PAM Mustapha Bakkoury m'a rapporté que le roi refuse d’être cité de la sorte. Il n’a donc jamais demandé à Benkirane de le faire."

L'avant-projet de code pénal

"Si les articles réprimant les relations sexuelles hors mariage et la rupture du jeûne en public pendant le mois de ramadan sont adoptés, je demanderai à être incarcéré. Je considère que la liberté en pointillés est, en quelque sorte, une forme de torture."

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.