ALGÉRIE
03/05/2015 03h:08 CET | Actualisé 03/05/2015 03h:08 CET

Attentats à la voiture piégée en Irak: au moins 25 morts

Civilians inspect the site of a bomb attack near restaurants and coffee shops filled with customers in central Baghdad's busy commercial Karradah neighborhood, Iraq, Saturday, May 2, 2015.  Police say two bombs, one a suicide car bomb and the other a car bomb, went off just 10 minutes apart in the heart of Baghdad, left many civilians killed and others wounded, officials said. (AP Photo/Hadi Mizban)
ASSOCIATED PRESS
Civilians inspect the site of a bomb attack near restaurants and coffee shops filled with customers in central Baghdad's busy commercial Karradah neighborhood, Iraq, Saturday, May 2, 2015. Police say two bombs, one a suicide car bomb and the other a car bomb, went off just 10 minutes apart in the heart of Baghdad, left many civilians killed and others wounded, officials said. (AP Photo/Hadi Mizban)

Au moins 25 morts et une quarantaine de blessés dans plusieurs attentats à la voiture piégée le 2 mai à Bagdad, selon la police irakienne. Une série d'attaques survenues la veille ont été revendiquées par les djihadistes de l'Etat islamique (EI).

Un colonel de la police a indiqué à l'AFP qu'une voiture piégée avait explosé dans la soirée devant un restaurant dans le quartier très fréquenté de Karrada. Une source médicale a confirmé le bilan de 13 morts et 39 blessés. Le quartier de Karrada, qui compte de nombreux magasins et restaurants, est généralement très fréquenté, surtout le samedi soir qui marque la fin du week-end en Irak.

Il s'agit d'un des attentats les plus meurtriers depuis le début de l'année dans la capitale irakienne. Il n'avait pas été revendiqué en fin de soirée.

Par ailleurs, à 15 km au nord-est du bastion islamiste de Falloudjah, située dans la province d'Anbar à l'ouest de Bagdad, cinq véhicules piégés ont foncé samedi dans la gare de Garma, avant d'exploser. L'attentat a tué au moins 12 soldats et membres des forces paramilitaires irakiennes, selon des services de sécurité et des secours.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué vendredi une série d'attentats meurtriers à la voiture piégée la veille dans des quartiers à majorité chiite de Bagdad, pour "venger" le meurtre et le rapt de déplacés de la province d'Al-Anbar (ouest) à majorité sunnite. Onze personnes ont été tuées et 42 blessées dans ces attentats, selon des sources médicales.

Lundi, ce sont au moins neuf personnes qui avaient été tuées et plus de 30 blessées dans l'explosion de deux voitures piégées dans des quartiers commerçants de la capitale irakienne.

Des attentats continuent à frapper Bagdad, même si leur nombre est en recul par rapport à la même période de l'an dernier. Le couvre-feu en vigueur depuis des années dans la capitale a été levé en février.

114.000 déplacés

Depuis juin, l'Irak doit faire face à l'offensive du groupe EI, qui s'est emparé de pans entiers du territoire. Désarmée dans un premier temps, l'armée irakienne est parvenue depuis, appuyée par des milices et les raids aériens d'une coalition internationale, à reprendre du terrain.

Mais les provinces de Ninive (nord) et d'Anbar restent en grande partie aux mains des djihadistes. Depuis début avril, quelque 114'000 Irakiens, selon l'ONU, ont fui les combats dans la province d'Al-Anbar et trouvé refuge à Bagdad ainsi que dans d'autres régions du pays.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.