ALGÉRIE
02/05/2015 11h:35 CET

ArcelorMittal: bras de fer entre les travailleurs et la direction de la société

AFP

Impasse ! Les travailleurs de la société ArcelorMittal pipes et tubes Algeria (sise à Annaba) ont entamé mercredi 29 avril une grève générale et illimitée. 400 travailleurs prennent part à ce débrayage. Leurs meneurs, dont le secrétaire général du syndicat de l’entreprise, Farah Lotfi, ont été suspendus par le directeur de la société, après avoir été convoqués par le tribunal correctionnel d’El Hadjar pour "agression" et "détérioration de biens", ont rapporté les quotidiens francophone El Watan et Liberté Algérie.

Les travailleurs de la société "Ampta" revendiquent 22 primes socioprofessionnelles. "Nous avons déposé notre plate-forme, composée de 22 revendications. Pour montrer notre bonne volonté, nous avons révisé à la baisse nos revendications pour en retenir seulement deux. Il s’agit de la prime de panier et celle de la femme au foyer qui concerne 60% des travailleurs", a indiqué Farah Lotfi au quotidien EL Watan.

"En présence du représentant de l’inspection du travail, notre employeur a refusé", a-t-il indiqué.

Suite au refus "catégorique" de la direction de souscrire à la revalorisation des primes de panier et de la femme au foyer, un préavis de grève a été déposé. A son expiration mercredi 29 avril, 400 travailleurs ont entamé ce débrayage illimité.

"Notre mouvement de protestation résistera à toutes les intimidations", a martelé le secrétaire général du syndicat de la société.

Pagaille chez les travailleurs

Durant la période de ce même préavis, où négociaient le syndicat et la direction de la société, de "fâcheux événements" ont eu lieu, compromettant ainsi les chances des deux parties de trouver une solution.

Les travailleurs "auraient agressé physiquement et verbalement" leur directeur général. Ils ont aussi effectué une série de débrayages, alors que les négociations étaient toujours en cours, selon Liberté.

Face à leur colère, les responsables de la société ArcelorMittal ont fait appel à la Gendarmerie nationale de la commune de Sidi-Amar. Ils ont aussi déposé des plaintes officielles au tribunal El-Hadjar. Les responsables de la société ont par la suite dénoncé le non-respect de préavis de grève, appliquant ainsi des mesures disciplinaires à l’adresse des travailleurs et leurs représentants syndicaux.

Il s’agit notamment de ponctions sur salaires des heures non travaillées. Les meneurs de la grève, le SG du syndicat le président du comité de participation de l’entreprise, ont quant à eux été suspendus de leurs fonctions.

Leur suspension notifiée, par l’union locale de l’UGTA de Sidi Amar notamment, ils comparaîtront prochainement devant la commission de discipline, selon la même source.

Incertitude chez les syndicalistes

Des incidents qui ne faciliteront sans doute pas la reprise du dialogue, estiment des observateurs avertis, relayés par Liberté. Un inspecteur du Travail de la circonscription d’El-Hadjar a même tenté une ultime conciliation entre les deux parties. Une tentative restée vaine.

Les protestataires assurent un service minimum dans les points sensibles de l’entreprise, notamment la station de pompage, le service électricité, le gardiennage. Les locaux de l’entreprise étaient vides.

Une conjoncture qui ne manque pas d’inquiéter les syndicalistes, qui espèrent une intervention des autorités publiques. Ampta souffre de l’absence d’un plan de charge, dont le carnet de commande est géré exceptionnellement par des grandes entreprises, telle Sonatrach et Sonelgaz.

ArcelorMittal pipes et tubes Algeria est détenue à 70% par ArcelorMittal, tandis que groupe public Sider détient 30%.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.