ALGÉRIE
01/05/2015 06h:16 CET | Actualisé 01/05/2015 07h:08 CET

Divergences autour du projet de loi sur le marché du livre

DR

Le projet de loi sur les activités et le marché du livre, qui sera soumis au vote à l'APN lundi 04 mai suscite déjà un débat chez les deux syndicat des éditeurs du livre. Tandis que le SNEL (syndicat national des éditeurs du livre) voit en ce projet une "entrave l'instauration d'une industrie nationale du livre", l'organisation nationale des éditeurs du livre (ONEL) le qualifie "d'acquis à valoriser".

Le syndicat national des éditeurs du livre a appelé les élus à "prendre une position historique pour préserver la culture nationale", cité par l'APS. Le SNEL a souligné que ce projet de loi sur les activités et le marché du livre "comporte beaucoup de lacunes" qui "entravent le processus d'instauration d'une industrie nationale du livre".

Ce projet de loi est ainsi "en contradiction avec la Constitution et les lois de la République", selon le SNEL. Ces textes, "élaborés en l'absence des spécialistes et des intellectuels (...) compromettent les acquis de la liberté d'expression, la créativité et les réalisations culturelles et intellectuelles".

Mustapha Kellab, président de l’organisation nationale de éditeurs du livre, a de son côté estimé que ce projet "est un acquis à valoriser", rapporté par l'APS. Néanmoins, "la question d'autorisation imposée par la tutelle aux éditeurs avant la publication, constitue une répression des libertés de manière générale".

L'article 01 du chapitre II du projet de loi sur les activités et le marché du livre prévoit, en effet, que "toutes les activités relatives à l'édition, la publication et la commercialisation du livre doivent être soumises à une autorisation de la tutelle qui délivre un document à cet effet".

Il a rajouté que "changer la loi reste une question de temps. Quand nous acquerrons plus d'expérience et de crédibilité, nous aurons la force de proposer l'amendement des textes de loi", a expliqué Mustapha Kellab.

Le projet de loi sur les activités et le marché du livre entend "dynamiser et développer" l'industrie du livre et la création littéraire. Le Ministère de la Culture entend également de rapprocher "le livre des lecteurs" et "combler les vides" et "ouvrir de nouveaux horizons" pour améliorer la situation du livre dans le pays.

LIRE AUSSI: Le SILA se dote d'un grand Prix littéraire

Autre objectif fixé par ces textes: "répondre aux attentes des professionnels du livre", notamment les librairies. Ce projet de loi stipule ainsi l'obligation des entreprises et institutions publiques" de se fournir en livres auprès des librairies des localités où elles se situent.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.