MAROC
22/04/2015 14h:29 CET

Maroc: Nouvelle campagne de sensibilisation sur le don d'organes, ciblée sur les imams

The procedure took less than ten minutes and was surprisingly bloodless.
salimfadhley/Flickr
The procedure took less than ten minutes and was surprisingly bloodless.

SANTÉ - Le Maroc a lancé ce mercredi 22 avril une campagne nationale pour encourager le don d'organes, incluant la formation de 50.000 imams chargés d'en faire la promotion.

En effet, le peu d'engouement pour le don d'organes vient d'une "interprétation erronée" de la religion musulmane, due à des blocages "culturels et psychologiques", a expliqué le ministre des Affaires islamiques Ahmed Taoufiq, à l'occasion de la "rencontre nationale pour encourager le don d'organes et de tissus humains".

Quelque 50.000 imams seront donc formés et sensibilisés pour "inciter les gens à sauver des vies", a ajouté le ministre.

En trois ans (entre 2012 et 2014) seulement "125 transplantations de reins et cinq de foie" ont été enregistrés, a regretté le ministre de la Santé El Hossein El Ouardi, à l'ouverture de cette rencontre.

"Ces résultats restent en deçà des moyennes dans la régions et dans les pays développés", a-t-il poursuivi, notant à titre de comparaison que 9.105 et 3.181 transplantations respectivement de reins et de foies ont été réalisés en France sur une durée similaire. Et seul 0,4% des Marocains acceptent de faire don de leur organes, contre 24,8% en France.

"Le nombre de personnes atteintes de diabète et d'insuffisance rénale a augmenté à cause du mode de vie moderne, rendant parfois obligatoire le recours à la transplantation", a expliqué le directeur du conseil consultatif pour le don d'organes, Benyoussef Ramdani, selon qui 7.410 personnes attendent des opérations de transplantation de reins.

Pour pallier ce besoin, les autorités marocaines poursuivent des efforts de sensibilisation depuis plusieurs années. Elles avaient instaurées le 17 octobre "journée nationale pour le don d'organes" et ouvert un registre nationale pour recevoir les demandes de don.

Le ministre de la Justice, l'islamiste Mustapha Ramid, a même annoncé publiquement faire don de ses organes à sa mort, afin de convaincre ses concitoyens que ce geste n'est pas interdit par la religion musulmane.

LIRE AUSSI:Don d'organes: L'hôpital Avicenne de Rabat lance une campagne de sensibilisation

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.