ALGÉRIE
17/04/2015 18h:37 CET | Actualisé 17/04/2015 18h:38 CET

Mali: Le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat contre un camp de l'ONU

Mokhtar Belmokhtar
Facebook/Jeune Afrique
Mokhtar Belmokhtar

Le groupe terroriste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué l'attentat-suicide commis mercredi contre le contingent nigérien d'une base de l'ONU au nord du Mali qui a tué deux civils, dans un enregistrement audio diffusé vendredi par l'agence privée mauritanienne Al-Akhbar.

Sur cet enregistrement en arabe, difficilement audible, un porte-parole du groupe Al-Mourabitoune précise qu'il s'agit de "la deuxième opération pour venger les insultes contre le prophète" de l'islam, après l'attentat anti-occidental de Bamako le 7 mars, qui avait fait cinq morts, également revendiqué par Al-Mourabitoune par ce canal.

Il explique avoir visé le contingent nigérien en raison de "la participation du président (Mahamadou) Issoufou à la marche en soutien à

Charlie Hebdo à Paris, l'emprisonnement des "jihadistes" par son régime et l'accueil sur le sol nigérien de bases militaires américaines et françaises".

Le porte-parole dément en revanche que des civils aient été touchés, "compte tenu de l'éloignement entre le camp et la ville" d'Ansongo, près de Gao, où l'attentat a été perpétré.

La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) avait fait état le jour même de trois civils tués et de 16 blessés, dont neuf Casques bleus nigériens, dans cette attaque au véhicule suicide.

Le lendemain, le gouvernement malien a précisé dans un communiqué que parmi les trois morts figuraient "le terroriste lui-même, un enfant et un personnel civil de la Minusma", faisant état de "21 blessés parmi les civils et les Casques bleus du contingent nigérien".

"De telles attaques ne peuvent provenir que d'individus et de groupes terroristes ennemis de la paix et du Mali", avait-il affirmé, condamnant "cet acte ignoble et lâche perpétré contre des soldats de la paix et les populations civiles innocentes".

De son côté, le chef de la Minusma, Mongi Hamdi, s'est dit "choqué que de valeureux soldats de la paix soient à nouveau pris pour cible ainsi que des civils innocents".

"Cet attentat ne détournera pas la Minusma de sa mission de rétablissement de la paix et de la sécurité au Mali", a-t-il assuré.

L'enregistrement de trois minutes et demie est accompagné de l'effigie de Mokhtar Belmokhtar, considéré comme le chef terroriste le plus recherché au Sahel.

L'agence mauritanienne Al-Akhbar publie régulièrement des communiqués de la mouvance Al-Qaïda sans jamais être démentie.

Le nord du Mali est tombé en 2012 sous la coupe de groupes "jihadistes" liés à Al-Qaïda, qui en ont été partiellement chassés par l'opération "Serval", lancée à l'initiative de la France en janvier 2013, à laquelle a succédé en août 2014 "Barkhane", dont le rayon d'action s'étend à l'ensemble de la zone sahélo-saharienne.

Le 7 avril, une centaine de légionnaires du 2e REP (Régiment Étranger Parachutiste) ont sauté sur la passe de Salvador, à la frontière entre la Libye et le Niger, voie de passage privilégiée de groupes armés vers le Mali, a annoncé jeudi l'état-major des armées français.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.