MAROC
06/04/2015 07h:06 CET | Actualisé 24/04/2015 13h:45 CET

La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN en 2017 et 2019

La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN en 2017 et 2019
AFP/Flickr
La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN en 2017 et 2019

FOOTBALL - La Confédération africaine de football (CAF) a autorisé dimanche le Maroc à participer aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2017 et 2019, entérinant ainsi la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS).

"La CAF, qui a adhéré à l'autorité de la juridiction du TAS, s'est engagée à en appliquer les décisions et se conformera à cet engagement, malgré les contradictions observées dans la décision rendue", selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion du comité exécutif de la CAF au Caire.

Le TAS avait décidé, jeudi, "d'annuler partiellement les sanctions prises" à l’encontre du Maroc, précise le texte.

Au lendemain de la décision du tribunal arbitral de Lausanne, un porte-parole de la CAF n'avait pas confirmé la participation du Maroc mercredi 1er avril au tirage au sort des éliminatoires pour cette compétition phare du continent africain.

Un "souci de santé publique"

Le Maroc avait été initialement suspendu par la CAF pour avoir refusé d'organiser la CAN 2015 par crainte d'Ebola, la Guinée équatoriale accueillant alors au dernier moment cette édition. Le royaume avait également été exclu des éditions 2017 et 2019.

C’est l’avocat français Michel Boyon, ancien directeur de cabinet du Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, qui a défendu en partie la cause du Maroc devant le TAS. Il a notamment déclaré dans une émission diffusée sur RMC que "la demande de report (du Maroc) avait été inspirée d’un souci de santé publique". "C’était le pic de la maladie d’Ebola à ce moment-là…".

L’ancien international français Didier Six a réagi à la décision de la CAF: "c’est un soulagement pour ce beau pays de foot. Les sanctions étaient sévères et je suis content que le Maroc puisse revenir au premier plan du football africain", a-t-il déclaré au site AfricaTopSports.

Financièrement, la CAF réclamait une amende d'1 million de dollars réduite à 50.000 dollars par le TAS, ce qui correspond au montant maximum prévu par le règlement de la CAF en vigueur au moment des faits.

Concernant les dommages et intérêts estimés à 8,75 millions de dollars, le TAS a estimé jeudi "qu'aucune disposition réglementaire" ne permettait à la CAF d'obliger le versement de cette indemnité, laissant cependant le droit à l'instance africaine d'obtenir réparation.

LIRE AUSSI:Le TAS a tranché: Le Maroc participera aux CAN 2017 et 2019

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.