MAROC
04/04/2015 07h:48 CET | Actualisé 04/04/2015 07h:56 CET

Les trois spéléologues espagnols disparus près de Ouarzazate ont été localisés au fond d'une falaise

Pierre Metivier/Flickr
Les trois spéléologues espagnols disparus près de Ouarzazate ont été localisés

DISPARITION - Les trois spéléologues espagnols portés disparus depuis plus de trois jours au Maroc, dans une zone montagneuse du Haut-Atlas entre Marrakech et Ouarzazate, ont été localisés samedi matin au fond d'une falaise située dans la localité de Tarmest.

Une opération de sauvetage est en cours, mais aucune précision sur leur état de santé n'a pour l'instant été donnée.

Des "recherches intensives", à l'aide "de moyens aériens et terrestres", dont des hélicoptères, avaient été déployées pour retrouver les trois Espagnols, perdus depuis mercredi 1er avril dans les montagnes limitrophes des provinces de Ouarzazate, Azilal et Tinghir.

Les trois hommes étaient membres d'un groupe de neuf Espagnols partis faire de la spéléologie dans le Haut-Atlas et qui s'était scindé en deux dimanche "pour explorer différentes grottes", selon une source diplomatique à Madrid.

L'ensemble de l'équipe devait se retrouver lundi ou mardi. Ne voyant pas réapparaître leurs compagnons, le reste du groupe a donné l'alerte mardi après-midi.

Fonte des neiges

Très escarpée, la zone dont il est question se trouve en plein massif du Haut-Atlas, dont les sommets flirtent avec les 4.000 mètres. L'hiver dernier a été particulièrement rude et il a beaucoup plu et neigé, avant une subite hausse des températures ces derniers jours.

Selon une radio espagnole, ces trois spéléologues sont originaires d'Andalousie (sud) et membres de la fédération andalouse d'alpinisme. Ils se trouvaient en vacances pour les fêtes de Pâques.

Le massif du Haut-Atlas, aux portes du désert mais vert et sauvage, est réputé pour ses chemins de randonnée. Il compte de multiples cours d'eaux et le plus haut sommet d'Afrique du nord, le Mont Toubkal, qui culmine à 4.167 mètres.

Il ne présente aucun caractère particulier de dangerosité, hormis les brusques inondations qui peuvent survenir en cas d'orage, du fait des dénivelées. L'automne dernier, des intempéries exceptionnelles avaient ainsi fait une cinquantaine de morts dans le sud du pays, notamment au pied des massifs de l'Atlas.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.