ALGÉRIE
04/04/2015 07h:11 CET | Actualisé 04/04/2015 07h:11 CET

La haine obsessionnelle de Robert Ménard pour l'indépendance de l'Algérie

Flickr

Robert Ménard, maire de Béziers, soutenu par le Front National, a de la suite dans ses idées de fanatique de la colonisation avec une haine anti-algérienne qui tourne à l'obsession. L'homme a un compte à régler avec l'Algérie et son histoire.

C'est sa maladie, son "paradis perdu". Il ressasse les vieilles rengaines des ultras de la colonisation. Cela depasse de loin la "nostalgérie" qui existe chez une partie des "rapatriés". Lui est dans l'activisme, dans la démarche revancharde des activistes d'extrême-droite.

Robert Menard continue donc de refaire l'histoire en ridiculisant la ville de Béziers où il est maire. Après avoir effacé la "rue du 19 mars 1962", date d'entrée en vigueur du cessez-le-feu marquant la fin victoirieuse de la guerre d'indépendance remplacée par le nom d'un officier qui a participé au putsch des généraux, il s'amuse désormais à faire des mots croisés sur "l'Algérie française".

Le "Journal de Béziers", la gazette de Ménard propose ainsi à ses lecteurs de découvrir, en trois lettres, le nom d'un "mouvement indépendantiste terroriste" ou encore celui d'une "fête chrétienne" célébrée en Algérie avant les accords d'Evian.

robert menard

Le ridicule ne tue pas. Mais la haine anti-algérienne constamment distillée par M.Menard s'étend même aux journalistes du Midi-Libre qui n'entrent pas dans le jeu de l'ancien président de Reporters Sans Frontière qu'il pourfend dans sa gazette.

L'histoire a déjà largement établi la grandeur du combat des Algériens sous la direction du FLN historique, ce "mouvement indépendantiste terroriste", selon les mots croisés crétins de la gazette de Ménard.

LIRE AUSSI: L'Algérie à Evian : l'issue victorieuse du 19 mars 1962 que les nostAlgériques ne digèrent toujours pas

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.