MAGHREB
03/04/2015 05h:52 CET

De nouvelles arrestations après l'attentat du Bardo

Tunisian police and defense officials gather outside the National Bardo museum in Tunis, Tunisia, Saturday March 21, 2015. The two extremist gunmen who killed 21 people at a museum in Tunis trained in neighboring Libya before caring out the deadly attack, a top Tunisian security official said. (AP Photo/Michel Euler)
ASSOCIATED PRESS
Tunisian police and defense officials gather outside the National Bardo museum in Tunis, Tunisia, Saturday March 21, 2015. The two extremist gunmen who killed 21 people at a museum in Tunis trained in neighboring Libya before caring out the deadly attack, a top Tunisian security official said. (AP Photo/Michel Euler)

Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé jeudi soir avoir procédé à de nouvelles arrestations après le sanglant attentat qui a visé des touristes au musée du Bardo le 18 mars, portant le nombre total de personnes détenues à 46.

Les forces de l'ordre ont "démantelé deux cellules terroristes (...) dont la majorité des éléments sont en lien avec les éléments ayant participé à l'opération terroriste du Bardo, soit par du soutien logistique, par le transport d'armes ou en cachant leurs homologues impliqués dans l'affaire", a affirmé le ministère dans un communiqué.

Le nombre total de personnes en détention après l'attentat du Bardo est désormais de 46, selon le texte.

Le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli avait annoncé la semaine dernière lors d'une conférence de presse l'arrestation de 23 suspects, dont une femme, se divisant en plusieurs groupes chargés de superviser, de planifier, d'assister à la logistique ou d'exécuter l'attaque.

Le 18 mars, deux jeunes Tunisiens armés de kalachnikovs ont ouvert le feu sur des touristes au musée du Bardo, le plus prestigieux de Tunisie, faisant 22 morts (21 touristes étrangers et un policier tunisien).

L'attentat a été revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI) mais les autorités tunisiennes ont affirmé qu'il avait été "dirigé" par Lokmane Abou Sakhr, un chef jihadiste de nationalité algérienne considéré comme l'un des dirigeants de Okba Ibn Nafaa, un groupe affilié à Al-Qaïda. Ce dernier a été abattu samedi soir par les forces de l'ordre tunisiennes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.