MAROC
03/04/2015 05h:01 CET | Actualisé 24/04/2015 13h:35 CET

Rallye des Gazelles 2015: Des Marocaines sur le podium après l'ultime étape (REPORTAGE)

Rallye des Gazelles: La dernière ligne droite (REPORTAGE)
dr
Rallye des Gazelles: La dernière ligne droite (REPORTAGE)

COMPÉTITION - Après deux jours intensifs de marathon, des heures de sommeil qui manquent à l’appel et des litres d’eau engloutis, les 168 équipages du Rallye Aïcha des Gazelles ont bouclé, jeudi 2 avril, leur sixième et dernière étape.

Une semaine après le début de la compétition, c’est sur leurs dernières forces que les gazelles doivent compter. Les galères des derniers jours mises de côté – certaines ont passé quatre jours successifs de marathon, sans pouvoir rentrer au bivouac, faute de temps – elles s’apprêtent à mener leur ultime bataille.

Avant le coup d’envoi de 6h du matin, Dominique Serra, la présidente et fondatrice du Rallye, motive ses troupes à coups de blagues et de musique concoctée exprès pour les gazelles. Elle rappelle aussi avec émotion que le rallye fête ce jeudi ses vingt-cinq ans.

"Ce soir, on vous prépare une surprise sur le bivouac, donc ne rentrez pas trop tard", prévient-elle, avant que les voitures, quads et motos ne s’élancent dans la poussière, au lever du soleil. La journée sera moins rude que les jours précédents. Il faut ménager les gazelles avant leur départ pour Essaouira vendredi, où elles fêteront la fin de l’aventure.

Nomades land

C’est dans un paysage quasi-lunaire, où les milliers de cailloux noirs transforment les plaines désertiques en champs de charbon, que notre 4X4 roule une bonne partie de la journée. Dans le fond, des montagnes rocheuses qui n’ont presque rien à envier au Grand Canyon.

En attendant les gazelles à la deuxième balise, nous tombons sur un petit campement de nomades. Une femme nous offre le thé, réchauffé sur un feu improvisé à même le sol. Le soleil est au zénith.

A la balise suivante, nous rencontrons un équipage qui n’arrive plus à démarrer sa voiture. Coup de chance: un véhicule d’assistance mécanique vient justement s’arrêter là. La batterie est HS, il faudra tirer le véhicule avec une corde pour le faire redémarrer. Les deux coéquipières repartent en trombe, soulagées.

Fin de course

De retour au bivouac pour le déjeuner, nous croisons les organisateurs qui préparent la surprise de ce soir. Au programme, un dîner sous les étoiles, sur des gros poufs colorés et tapis traditionnels éclairés par les lanternes posées sur le sable. Ce soir, les gazelles pourront enfin récupérer leur téléphone portable, gardés par l’organisation depuis le début de la compétition. Après l’effort, le réconfort…

En début d’après-midi, les premières gazelles rentrent au bercail. Pour elles, la course est finie. Parmi les équipages sur le podium, un équipage marocain: l'équipage 221, constitué de Karima Laaroussi-Mouhyi et Florence Deramond, et plusieurs dans le top 10. A la ligne d’arrivée, les filles arrivent fatiguées mais triomphantes en klaxonnant. "C’était une expérience inoubliable!", s’écrie une gazelle en tapant dans la main de sa coéquipière. Pour certaines déjà, rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

Annick, 71 ans et 16 rallyes

Annick est la doyenne du Rallye des Gazelles. Cette année, c’était la seizième fois qu’elle concourrait, désormais classée dans la catégorie "experte". A 71 ans, cette Française installée à Casablanca depuis 37 ans a de la bouteille et surtout des milliers de kilomètres dans les roues. Enthousiaste, elle raconte comment, avec son mari, elle a toujours été "fan de 4x4".

Après s’être procuré des dizaines de cartes détaillées du relief marocain et avoir parcouru des centaines de dunes dans le désert, elle s’est tout naturellement inscrite en 1992 au Rallye des Gazelles. Le sable n’a plus de secret pour elle. Attablée avec quelques gazelles novices, elle prodigue conseils et bonnes pratiques pour avancer sans encombres dans les dunes.

Sur ses seize participations, cette artiste dans la vie a toujours choisi de rouler avec une Marocaine dans son équipage. Une manière de rendre hommage au Maroc dont elle est tombée amoureuse et qui le lui rend bien: cette année, malgré quelques déboires, elle fait partie du peloton de tête de la compétition. Et ne compte pas s’arrêter là, puisqu’elle parle déjà de s’inscrire en 2016.

Galerie photoRallye des Gazelles 2°015: Dernière étape Voyez les images

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.