ALGÉRIE
03/04/2015 10h:33 CET | Actualisé 03/04/2015 10h:43 CET

L'Algérie abrite 20.000 migrants clandestins et va poursuivre leur rapatriement

AFP

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué, hier, 2 avril, que 20.000 migrants ont rejoint clandestinement l’Algérie, tout en relevant que le phénomène de migration clandestine vers l'Algérie pouvait "perdurer" en raison de l'insécurité qui prévaut dans les pays du Sahel.

Dans une réponse lue en son nom par le ministre des Relations avec le parlement, Khelil Mahi lors d'une séance consacrée aux questions orales à l'APN, le Premier ministre a par ailleurs annoncé la poursuite des opérations de rapatriement des migrants clandestins, qui séjournent encore sur le territoire national, "en fonction de l'amélioration de la situation sécuritaire dans leur pays en coordination avec la représentation diplomatique de leur pays et dans le respect de la dignité humaine".

A une question sur les mesures d'urgences mises en oeuvre par le gouvernement pour contrer le flux de migrants clandestins vers l'Algérie, Abdelmalak Sellal a indiqué que la recrudescence de ce phénomène était "source de préoccupation pour l'Algérie, notamment aux plans sécuritaire et sanitaire et sur le plan du travail au noir".

LIRE AUSSI: Au RAJ, la sonnette d'alarme sur le racisme à l'égard des migrants subsahariens retentit

Différences

Le Premier ministre a aussi rappelé les différentes étapes de la prise en charge de ces migrants clandestins, citant notamment le gel des mesures de rapatriement des ressortissants maliens et nigérians en attendant le retour de la paix et de la sécurité dans leurs pays respectifs.

Avec l'amélioration de la situation sécuritaire au Niger, l'Algérie en commun accord avec les autorités de ce pays, a pris les mesures nécessaires pour rapatrier ses ressortissants qui séjournaient illégalement sur son sol ", a-t-il précisé, notant que 3000 migrants clandestins nigériens ont été rapatriés.

A cet effet, "56 centres régionaux ont été mis en place pour accueillir les ressortissants nigériens", avant leur transfert vers le centre principal de Tamanrasset à l'effet de leur rapatriement, a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI:Le rapatriement des migrants nigériens n'a plus rien de "volontaire"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.