MAGHREB
02/04/2015 13h:30 CET | Actualisé 02/04/2015 15h:08 CET

Tunisie: Un avion appartenant aux troupes du général Haftar a survolé l'espace aérien tunisien

Facebook/Taieb Baccouche

POLITIQUE - Le ministre des Affaires étrangères, Taieb Baccouche, a affirmé que la Tunisie a averti le gouvernement installé à l'Est de la Libye de son refus de voir son espace aérien utilisé pour le combat.

Le ministre qui s'exprimait en conférence de presse, jeudi, à La Kasbah, a expliqué que cette mise en garde intervient suite à l'incursion, mercredi, d'un avion appartenant aux troupes du général Khalifa Haftar dans l'espace aérien tunisien.

Il a indiqué avoir chargé le secrétaire d'Etat aux Affaires arabes et africaines de convoquer le chargé d'affaires du gouvernement de l'Est libyen pour lui réaffirmer le refus de la Tunisie de voir son espace aérien violé.

Un responsable du ministère a indiqué à l'AFP que le chargé d'affaires libyen avait été convoqué dans l'après-midi.

Taieb Baccouche a précisé que cet avion militaire, de type MiG-23 appartenant aux troupes du général Khalifa Haftar, était en route pour combattre "Fajr Libya" sur la frontière avec la Tunisie.

Selon lui, cet avion n'avait pas l'intention de s'attaquer à la Tunisie. Il n'est, d'ailleurs, resté que quelques secondes avant qu'un avion de l'armée ne l'intercepte et ne le somme de quitter l'espace aérien tunisien, a-t-il ajouté.

D'autre part, le ministre a présenté des précisions sur le drone qui avait, récemment, survolé le gouvernorat de Kasserine.

"Il s'agit, a-t-il dit, d'une opération de renseignements en coopération avec l'Europe dans le cadre de la lutte contre le terrorisme".

Cet avion est, aussi, utilisé pour former les Tunisiens à l'utilisation de ce type d'appareils, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère de la Défense nationale, le lieutenant-colonel Belhassan Oueslati, avait indiqué, mercredi soir, qu'un avion non identifié a fait une incursion de 4km dans l'espace aérien tunisien. Il volait à 3000m d'altitude et à une vitesse de 660 Km/h et n'avait aucun signe distinctif.

Un avion de chasse de l'armée de l'air a intercepté cet appareil, avant de le sommer de quitter l'espace aérien tunisien, avait-il dit.

Deux autorités s'y disputent le pouvoir: un gouvernement et un Parlement reconnus internationalement, siégeant dans l'est du pays, et un gouvernement et un Parlement parallèles installés à Tripoli par la coalition de milices Fajr Libya, qui contrôle une grande partie de l'ouest libyen.

LIRE AUSSI: La Tunisie a contacté l'Arabie Saoudite et l'Algérie pour le rapatriement de ses ressortissants au Yémen

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.