ALGÉRIE
02/04/2015 13h:41 CET | Actualisé 02/04/2015 14h:02 CET

Au moins 70 étudiants tués au Kenya dans l'attaque d'un campus par les Chabab

Au moins soixante-dix étudiants ont été tuées, jeudi 2 avril, dans l'attaque du campus de l'université de Garissa par un groupe d'hommes armés et cagoulés, se revendiquant des islamistes somaliens Chabab. Quatre assaillants ont été tués et un autre arrêté selon le ministère de l'intérieur kényan.

D'après la police, ils avaient fait irruption dans l'université vers 5 heures 30 (6 h 30 à Paris) alors que des étudiants se rendaient à l'église pour la messe du matin. "Les assaillants ont d'abord tué deux gardes placés à l'entrée du campus (…) avant de tirer sans discrimination une fois à l'intérieur de l'université", a détaillé la police.

La Croix-Rouge kényane fait état d'un "nombre indéterminé d'étudiants pris en otage" et de 50 jeunes gens libérés. Les forces de sécurité tentent toujours de reprendre le contrôle de la résidence dans laquelle des assaillants sont toujours retranchés. Trois autres bâtiments ont été évacués, indique le ministère de l'intérieur.

D'après la Croix rouge, des évacuations de blessés par hélicoptère sont en cours. L'organisme a également mis en place un numéro d'urgence pour toute information. L'ONG Médecins sans frontières a annoncé pour sa part avoir dépêché une équipe de 9 personnes sur place et du matériel pour prendre en charge 150 blessés.

Galerie photoAttaque université au Kenya Voyez les images


Otages chrétiens

Les Chabab, un groupe armé extrémiste somalien lié à Al-Qaida, ont revendiqué l'attaque. D'après un porte-parole du groupe contacté par téléphone, "nos hommes (...) ont relâché (...) les musulmans (...) nous détenons les autres [des chrétiens] en otage". Et d'ajouter : "Nos hommes sont encore à l'intérieur et combattent, leur mission est de tuer ceux qui sont contre les Chabab (...)"

Pour justifier l'attaque, le porte-parole des Chabab a également précisé que "le Kenya est en guerre avec la Somalie (...)". Depuis 2011, le Nairobi a envoyé des troupes combattre les Chabab dans le sud somalien. Les insurgés n'ont depuis cessé de le menacer de représailles et sont déjà passé à l'action à plusieurs reprises.

La ville de Garissa, qui abrite une base militaire, avait déjà été le théâtre de violences. En 2012, seize personnes avaient été tuées dans les attaques coordonnées contre deux églises de la ville. En septembre 2013, le mouvement avait aussi revendiqué la prise d'otages qui avait fait 67 morts au centre commercial de Westgate à Nairobi.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.