ALGÉRIE
01/04/2015 10h:43 CET | Actualisé 01/04/2015 10h:48 CET

Affaire Khalifa Bank: 385 témoins convoqués le 4 mai prochain au tribunal criminel près la cour de Blida

385 témoins seront convoqués, le 4 mai prochain, au tribunal criminel près la cour de Blida dans le cadre du procès de l'affaire El Khalifa Bank, a annoncé l'Agence de presse algérienne (APS).

L'affaire déjà jugée en 2007, sera rejugée, cette fois-ci en la présence du principal accusé, Abdelmoumène Rafik Khalifa, extradé fin 2013.

Les accusés seront jugés notamment pour les chefs d'inculpation de "constitution d'une association de malfaiteurs", "vol qualifié", "escroquerie", "abus de confiance" et "falsification de documents officiels".

133 autres personnes, entre victimes et partie civile, seront également convoquées au procès qui sera présidé par le juge Antar Menouar, a-t-on ajouté de même source, précisant que les délibérations se tiendront à la salle 01 dudit tribunal criminel. Le même juge avait présidé le dernier procès en cassation, tenu le 2 avril 2013.

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, avait indiqué récemment que l'enquête concernant l'affaire Khalifa se poursuivait "conformément aux procédures judiciaires en vigueur, ainsi que dans le cadre de la coopération internationale dans le domaine".

Le premier procès, tenu en mars 2007, abrité par le même tribunal, s'est achevé par la prononciation de peines allant d'une année à 20 ans de prison, et la relaxation d'une cinquantaine de personnes, parmi les 94 prévenus jugés en comparution. Dix autres accusés avaient été condamnés par contumace, dont le principal accusé dans cette affaire, Abdelmoumène Rafik Khalifa, condamné à la prison à perpétuité.

La justice avait été saisie de cette affaire après que la Banque d'Algérie eut constaté un découvert de 3,2 milliards Da dans "la caisse principale d'El Khalifa Bank", qui fut la première banque privée en Algérie.

L'ancien homme d'affaires, Rafik Abdelmoumene Khalifa, qui s'est réfugié en Grande-Bretagne depuis 2003 et a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, a été extradé fin décembre 2013 vers l'Algérie, "conformément aux procédures légales et aux dispositions de la convention judiciaire" entre l'Algérie et le Royaume-Uni.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.