MAGHREB
31/03/2015 13h:18 CET

Tunisie: Mosquées hors de contrôle, radicalisation en prison et port du niqab: Les mesures de Othman Batikh contre le terrorisme

Facebook/Ministère des affaires religieuses

RELIGION - 187 mosquées sur 5000 échappent encore au contrôle de l'Etat, a affirmé Othman Battikh, le ministre tunisien des Affaires religieuses.

"Le ministère a donné jusqu'au 6 avril aux propriétaires pour qu'ils fassent don de leurs mosquées à l'Etat (...) Si cette démarche n'est pas effectuée, elle sera fermée", a-t-il révélé dans une interview accordée au quotidien arabophone "Assabah".

D'autres chiffres avaient été avancés par le gouvernement précédent. Alors que Mehdi Jomâa, ancien chef du gouvernement avait évoqué 150 mosquées en mars 2014, Mounir Tlili, ancien ministre des Affaires religieuses, avait annoncé deux mois plus tard que l'Etat en avait récupéré environ 60.

"Ce chiffre est variable", a justifié brièvement Othman Batikh, assurant que les employés de son ministère suivaient la question de près, dans les délégations et les gouvernorats.

Le ministre a par ailleurs annoncé "un plan pour la lutte contre le terrorisme" qui traitera entre autres le problème de la radicalisation dans les prisons:

"Nous avons mis à jour un accord avec le ministère de la Justice. Seuls les prédicateurs et les cadres du ministère seront autorisés à aller dans les prisons. Ils seront pédagogiquement formés par le ministère pour travailler avec les prisonniers", a-t-il assuré.

Il s'est également exprimé sur la question du Niqab. Pour lui, il s'agit d'une tenue qui peut "se transformer en un danger pour la société et en un moyen qu'utilisent les terroristes pour se cacher".

"Il n'y aurait pas de problème à interdire le niqab (...) La religion impose de dissimuler le corps avec un habit respectable mais n'impose pas le port du niqab comme le croient certains", a-t-il estimé.

En 2014, le ministère des Affaires religieuses avait entamé une coordination permanente avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, afin de contrer et prévenir le radicalisme religieux.

LIRE AUSSI:Tunisie: 8 ministres livrent leurs priorités

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.