MAROC
30/03/2015 08h:00 CET | Actualisé 31/03/2015 11h:46 CET

Remplacement d'Ouzzine : les scénarios du remaniement ministériel

DR

GOUVERNEMENT - Près de trois mois après le limogeage spectaculaire du ministre des Sports Mohammed Ouzzine sur fond de scandale autour du Mondialito de Football, les spéculations vont bon train sur le remplaçant du ministre MP (Mouvement populaire).

Alors que l’intérim est aujourd’hui assuré par Mohand Laenser, secrétaire général du MP et par ailleurs ministre de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, l'ancien ministre de l’Intérieur, prudent, n’aurait pas donné la délégation de signature à son secrétaire général, Karim Aqary, qui avait également été mis en cause dans la mauvaise gestion de la Coupe du monde des clubs.

Selon les observateurs, le ministère serait donc dans une sorte de léthargie en attendant la nomination du nouveau ministre, et le Mouvement populaire, traversé par des luttes intestines, aurait beaucoup de mal à trouver un remplaçant à Ouzzine.

Quoi qu’il en soit, le futur titulaire du maroquin n’aura qu’un mandat très court pour redresser la situation. Le HuffPost Maroc fait un tour d’horizon des différents scénarios.

Scénario 1 : le retour de "Magic Moncef"

Bien qu’improbable, le retour de Moncef Belkhayate au ministère de la jeunesse et des sports est aujourd’hui une option considérée par certains cercles, qui estiment que seule l’énergie "sarkozyste" du leader RNI (Rassemblement national des indépendants) serait en capacité de remettre le ministère sur les rails, surtout dans les délais impartis. Ce scénario bousculerait toutefois le fragile équilibre arithmétique partisan au sein du gouvernement et obligerait à un remaniement plus large. Cela reste une option envisageable si Salaheddine Mezouar cédait son ministère des affaires étrangères à un diplomate chevronné pour devenir ministre d’Etat, comme cela avait été évoqué un temps par la presse. A seize mois des législatives, cela aurait l’avantage pour le patron du RNI de lui laisser la latitude de mettre ses troupes en ordre de marche pour les élections.

Scénario 2 : la confirmation de Laenser

Autre option, la confirmation de Mohand Laenser à ce poste et la restitution de son ministère de l’urbanisme à Nabil Benabdallah, qui avait dû partager ce dernier lors des ultimes tractations du remaniement de novembre 2013. En parallèle, un ministère délégué pourrait être attribué au MP afin de respecter les mathématiques gouvernementales. Le désavantage de cette option est que le ministère de la Jeunesse et des sports ne pourra vraisemblablement pas connaître d’électrochoc et sera géré de manière très conservatrice jusqu’aux élections.

Scénario 3 : la nomination d’un outsider complet

Cette option est la moins probable mais elle demeure toutefois possible. Si l’on considère qu’il est nécessaire de nommer un "ministre de combat" pour remettre sur les rails ce ministère emblématique, il est alors possible qu’un spécialiste du sport soit approché et coiffé d’un bandeau partisan afin de garder l’équilibre de la majorité. Parmi les noms qui reviennent dans le cénacles, l’on évoque parfois Idriss Akki, le patron de la société française de promotion Sportfive, qui a brillamment réussi à l’international. Autre candidat crédible potentiel, le vice président du Comité national olympique marocain (CNOM) et patron de presse, Kamal Lahlou, dont le nom a été évoqué pour prendre la tête d’un éventuel Haut commissariat aux sports. Enfin, reste l’hypothèse encore plus improbable d’un ancien grand sportif tel Hicham El Guerrouj, qui avait fait état il y a quelques temps, de ses ambitions politiques.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les potentiels remplaçants de Mohamed Ouzzine Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.