MAROC
25/03/2015 11h:29 CET

Abdelilah Benkirane: Le Chef du gouvernement parle de son bilan, de la décompensation et de l'opposition

map

POLITIQUE - A l'Ecole Hassania des travaux publics (EHTP), Abdelilah Benkirane a fait un grand show. Participant à une conférence organisée par l'ONG Tariq Ibnou Zyad Initiative (TIZI), il a parlé en toute franchise: bilan de son gouvernement, décompensation, son avis sur l'opposition. 7 déclarations fortes.

Les partis de l'opposition

"A ce jour, je ne vois pas de leaders politiques dans l'opposition. Avec la qualité de l'opposition que j'ai, et la qualité de ses interventions, elle joue probablement en faveur de ma popularité. Un jour, ils nous ont attaqués car, selon eux, les bonbonnes de gaz de 12 kilogrammes ne pèsent pas 12 kilogrammes. Des citoyens sont donc aller vérifier par eux-mêmes, et devinez quoi ? Elles pèsent réellement 12 kilogrammes. Vous appelez ça une opposition ?"

Le leadership politique

"Si on veut des leaders au Maroc, il faut que les partis politiques aillent les chercher sur le terrain, qu'il y ait un processus de sélection naturelle des jeunes leaders, et qu'ils soient issus de la base. Les jeunes leaders doivent avoir la peau dure et beaucoup de patience, s'ils espèrent réussir."

Le bilan de son gouvernement

"Le bilan de notre gouvernement n'est pas parfait, et cela, je l'assume. Si vous me reprochez l'insuffisance de notre travail en matière de santé, d'éducation et d'emploi, je vous répondrai que vous avez raison. Néanmoins, le citoyen sait, aujourd'hui, que nous sommes sérieux et déterminés à aller de l'avant."

Protection rapprochée

"Une fois, sur l'avenue Mohammed V (ndlr: à Rabat), je suis sorti comme tout le monde pour prendre un peu d'air frais. Je me suis retrouvé entouré de diplômés chômeurs, qui manifestaient. Ils ont encerclé ma voiture, et je n'ai pu quitter les lieux qu'après l'intervention des forces de l'ordre. Le roi a donc décidé de m'entourer d'une garde rapprochée."

https://www.youtube.com/watch?v=BKo6sqZolPI

A propos d’Ilyass El Omari

"Je n'ai rien contre le fait qu'il souhaite intégrer la politique. Mais il doit, avant tout, sortir de son rôle d'éminence grise du PAM et s'exposer, comme tout leader politique, et il devra aussi dire la vérité concernant son passé."

L'imprimerie qu'il possédait

"Quant on militait au sein du Mouvement réforme et renouveau (ndlr: ancêtre de l'actuel Mouvement unicité et réforme), nous avions parfois besoin d'imprimer quelques tracts, ou des livrets. Les imprimeries refusaient d'accéder à notre demande. Nous avons donc acheté une imprimerie à 150.000 DH, avec l'argent du mouvement bien entendu. Et, puisque le MUR n'était pas reconnu par les autorités, nous l'avons acquis l'imprimerie en nos noms, Abdellah Baha et moi. Quand le MUR a été reconnu, en 2013, j'ai régularisé la situation."

La décompensation

"Je le répète encore une fois: le prix des bonbonnes de gaz ne connaîtra pas d'augmentation. Néanmoins, la compensation du gaz de butane nous coûte cher: 12 milliards de DH cette année, et 18 à partir de l'année prochaine. Nous pensons à un plan pour réduire ces coûts. Pour le sucre, il nous coûte 5 milliards de DH. Si nous décompensons progressivement, au bout de trois ans, nous aurons 10 centres hospitaliers universitaires de plus".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.