MAROC
21/03/2015 10h:07 CET | Actualisé 21/03/2015 10h:43 CET

Cube Independant Art Room: Rencontre avec Elisabeth Piskernik, directrice et fondatrice de l'espace d'art contemporain à Rabat

Le Cube: Un espace alternatif pour l'art contemporain au Maroc
DR
Le Cube: Un espace alternatif pour l'art contemporain au Maroc

CULTURE - Le Cube Independant Art Room, espace de résidence, de création et d’exposition fondé en 2005 à Rabat, est un lieu où se concrétisent plusieurs projets, aussi audacieux que novateurs, qui participent à la dynamisation de la scène de l'art contemporain au Maroc. Le HuffPost Maroc a rencontré Elisabeth Piskernik, fondatrice et directrice du Cube, pour parler de l’espace et de sa programmation.

Une structure alternative pour l'art contemporain

Historienne de l’art et linguiste, cette Autrichienne installée au Maroc depuis 2004 parle avec finesse et passion. Elle fait souffler depuis près de 10 ans un vent nouveau sur l’art contemporain au Maroc.

Le Cube est né de la volonté de "créer une plateforme pour la première génération d’artistes contemporains au Maroc" et se présente comme "une alternative aux structures institutionnelles en quittant le domaine de la peinture pour favoriser d’autres médiums artistiques tels que l'installation éphémère, l’art vidéo, la photographie ou la performance."

Le but est d’accompagner les artistes et donner une visibilité à leurs travaux. "Mais l'espace n'a pas pour vocation de commercialiser les œuvres", précise la directrice. Elisabeth Piskernik reçoit du mardi au vendredi tous ceux qui ont la curiosité de pousser les portes de l'immeuble du 2, rue Benzerte, en plein centre-ville de la capitale, qui abrite le local du Cube.

Un ancien appartement reconverti en espace d'art qui se compose de 3 pièces d’une surface d’environ 40m2, où les artistes peuvent créer et exposer. La programmation du Cube s’axe principalement autour d’expositions, de résidences ou de projets, avec des artistes ou des professionnels du monde de l’art, marocains et internationaux.

Un "bateau nomade" en escale au Cube

Actuellement, le Cube expose jusqu'au 16 avril "Frontières Fluides", fruit d'une collaboration artistique entre l'artiste allemande Katrin Ströbel et l'artiste marocain Mohammed Laouli. Un projet autour de la question de la migration en Europe et au Maghreb.

Les deux artistes créent un "bateau nomade" et l'installent dans l'espace public des villes qu'ils visitent. Le bateau est conçu à partir des matériaux trouvés sur place. Cette construction leur permet de rentrer en interaction avec la population locale, et d'échanger autour de l'expérience migratoire.

Pour l'instant, les artistes ont fait escale à Rabat-Salé, Playa Blanca (près de Tanger) et Amsterdam (Pays-Bas). Des vidéos qui illustrent les témoignages et les récits collectés par les artistes et des photographies issues du projet sont exposées au Cube. Le projet durera deux ans, et les artistes installeront d'autres "bateaux nomade" à travers le monde. Quant à l'exposition, elle migrera prochainement en Allemagne, en Autriche et en France.

Florilège des prochains rendez-vous

Le Cube organise une "Video Night", "initiative pour la promotion de l'art vidéo qui invite le public à prendre le temps de regarder des vidéos et de comprendre, d'analyser et de discuter le travail artistique". La première édition remonte à 2012. "Très peu d’artistes marocains étaient concernés par l’art vidéo et la première édition, avec les deux artistes français invités, Régis Baudy et Diego Sarramon, a permis d’offrir une initiation aux artistes", explique la directrice. La prochaine Video Night se tiendra le 29 mai avec l’artiste italienne Anna Raimondo et la commissaire d’exposition marocaine Alya Sebti.

Le 31 août, le Cube accueillera le prochain "Summer’s Lab" avec l'artiste Hanane El Farassi. Ce projet permet à un artiste de faire une résidence dans l'espace de création du Cube, où il a carte blanche pour réaliser, rechercher et expérimenter. L'artiste n'est pas obligé de présenter une œuvre pour une restitution public, mais un open studio est organisé pour que le public puisse rencontrer l'artiste.

Autre projet, autre ambition: le "Curators Zones", organisé par la directrice afin de mettre en avant la pratique d’un curateur, invité à concevoir et réaliser une exposition. Cela permet à des artistes nationaux d’avoir un retour sur leurs travaux, un regard d’expert. "Le commissaire a le rôle déterminant de donner une ligne à l’exposition", explique Elisabeth Piskernik.

La 3ème édition de "Curators Zone" aura ainsi lieu mi-septembre pendant un mois, avec la curatrice Karima Boudou et l’artiste Soufiane Ababri, qui collaborent également pour créer une revue artistique. La première édition se penchera sur la question de l’identité africaine.

Bientôt 10 ans

Enfin, en novembre prochain, l’espace fêtera ses 10 ans. A cette occasion, un livre sur l’histoire du Cube, les artistes et événements qui l’ont marquée sera publié. Pour Elisabeth Piskernik, "cette publication ne sera pas une simple rétrospective, mais une manière de suivre l’évolution de l’art contemporain au Maroc à travers les projets initiés au Cube".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.