MAROC
20/03/2015 13h:17 CET

La création de l'Autorité pour la parité approuvée par le gouvernement Benkirane

Brigitte Wodicka

PARITÉ - Lors du conseil du gouvernement tenu le jeudi 19 mars, le gouvernement a approuvé le projet de loi relative à l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discriminations. Une commission ministérielle chargée d'étudier et d'inclure les différents amendements présentés par les départements ministériels lors du conseil verra le jour.

Les missions de l'autorité seront à dominante consultative. L'instance pour la parité aura pour fonctions de présenter des propositions concernant la lutte contre les discriminations, et de se prononcer sur l'action gouvernementale dans ce sens, afin d'arriver à une parité effective entre les deux sexes sur les plans économique, social, politique et culturel. Les partis de l'opposition, dont le PAM, et les associations féministes veulent, néanmoins, qu'elle dispose d'un champ d'action plus élargi, afin qu'elle puisse s'opposer avec plus de force aux actes de discrimination.

Certaines ONG féministes m'ont pas manqué de pointer du doigt l'insuffisance des pouvoirs alloués à l'Autorité, qui ne pourra que "présenter un avis, présenter des propositions, présenter des recommandations, organiser des formations, sensibiliser et élaborer des études", selon Samira Bikarden, la présidente de l'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM). Pour cette dernière "l'instance ne pourra aucunement influer sur les politiques publiques relatives à l'instauration de l'égalité, de la parité et de la lutte contre les discriminations à l'égard des femmes" avec ces attributions.

La discrimination en chiffres

133e sur 142 pays. C'est le classement du Maroc en terme d’écarts salariaux entre les hommes et les femmes. Dans son rapport sur les discriminations à l’égard des femmes dans la vie économique, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a révélé des chiffres alarmants dans le monde du travail. Le taux d'emploi des femmes au Maroc ne dépasse pas les 22,7%, ce qui signifie que moins d’une femme sur quatre bénéficie d’un travail rémunéré. 0,1% de femmes occupent un poste de responsabilité dans le privé, et seulement 7% des femmes occupent un poste d'administrateur dans les grandes entreprises publiques. Dans le monde rural, 87,5% de femmes travaillent sans contrat écrit, et 73,2% sont âgées de moins de 15 ans.

LIRE AUSSI:L'Association démocratique des femmes du Maroc contre le projet de loi sur l'Autorité de la parité

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.