MAGHREB
19/03/2015 09h:18 CET | Actualisé 19/03/2015 10h:31 CET

Tunisie: Les appels à la mobilisation se multiplient après l'attaque meurtrière du Bardo

HuffPost Tunisie

Après l'attaque sanglante du Bardo qui a fait 19 morts et plusieurs dizaines de blessés, les appels à la mobilisation se sont multipliés.

30 organisations de la société civile dont l'UGTT, la puissante centrale syndicale, ont appelé les Tunisiens à un rassemblement "silencieux" devant le musée du Bardo jeudi à 16h.

Un rassemblement de solidarité a également eu lieu la veille sur l'avenue Habib Bourguiba, en face du grand théâtre.

Des Tunisiens, femmes et enfants, personnes âgées, ouvriers ou étudiants étaient présents, aux côtés de quelques ressortissants étrangers notamment Français ou Allemands.

Les manifestants ont entonné l'hymne national et allumé des bougies à la mémoire des victimes.

"Nous avons en majorité été 'Charlie' lors des attentats qui ont eu lieu à Paris et maintenant nous attendons le soutien du monde entier. Les extrémistes vont tout faire pour profiter de ce drame, nous devons rester unis.", a déclaré Samia, au HuffPost Tunisie, réclamant la solidarité de la communauté internationale après le drame qui s'est produit mercredi dans le musée du Bardo, où 17 touristes étrangers (Français, Colombiens, Italiens, Japonais, Britannique, Belge...) ont trouvé la mort.

La peur se faisait sentir chez certaines personnes, que ce soit pour leur sécurité personnelle ou l'avenir du pays.

"Nous sommes désespérés, plus personne ne va venir en Tunisie. Nous avons toujours eu des problèmes pour attirer les touristes à cause de l'instabilité politique. Maintenant, la situation ne va qu'empirer", a déploré un jeune manifestant tunisien.

"Je suis triste pour mon pays, nous avons tous peur! Je n'ose même plus sortir acheter mon pain seule. Que Dieu nous préserve du malheur mes enfants, c'est tout ce que j'ai à dire.", répétait également une dame âgée en déambulant au milieu de la foule.

Pendant que les uns font part de leurs doutes et de leurs craintes, d'autres se montrent plus optimistes.

"Je n'ai pas peur, je fais confiance au gouvernement. Le monde entier est touché par le terrorisme, aujourd'hui nous sommes tous en deuil. L'économie sera touchée mais j'espère que la Tunisie pourra se relever.", a déclaré en ce sens une étudiante française, en vacances en Tunisie.

"Je pense que les mesures de sécurité vont augmenter. Nous espérons tous qu'il n'y aura pas d'autres attaques, mais pour l'avenir personne ne sait", a estimé pour sa part Thomas Klaus, employé dans une ONG allemande, dans une déclaration au HuffPost Tunisie.

Et en effet, selon lui, l'avenir reste incertain. "Les gens auront peur d'investir je pense, surtout les grandes sociétés de tourisme. Cela va sûrement affecter notre travail ici car nous faisons beaucoup de conférences avec des entrepreneurs étrangers. Ils risquent de prendre peur après ce qui va être raconté dans les médias.

"Personnellement je crois pouvoir faire confiance au gouvernement et aux Tunisiens. Le terrorisme est partout, regardez les attentats de Charlie Hebdo à Paris... La Tunisie est un pays qui tente d'être libre, nous ne pouvons lui enlever ça", a-t-il conclu.

Sur les réseaux sociaux de nombreux internautes font appels à ceux qui ont soutenu "Charlie" en demandant leur soutien pour le drame qui touche la Tunisie. "Je suis Charlie" est à présent devenu "Je suis Bardo" ou encore "Je suis Tunisien".

Galerie photo Rassemblement avenue Habib Bourguiba Voyez les images

LIRE AUSSI:Suivez les évènements après l'attaque du Bardo (EN DIRECT)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.