ALGÉRIE
09/03/2015 11h:13 CET | Actualisé 09/03/2015 11h:13 CET

La chef de la diplomatie suédoise se dit empêchée de parler par l'Arabie saoudite

AFP

La ministre des Affaires étrangères suédoise Margot Wallström a affirmé avoir dû annuler, sous la pression de l'Arabie saoudite, un discours qu'elle devait prononcer lundi au Caire devant la Ligue arabe, selon l'agence de presse suédoise TT.

Mme Wallström, présente dans la capitale égyptienne pour une réunion de l'organisation panarabe, a affirmé à l'agence TT avoir été informée qu'elle ne pourrait pas prononcer ce discours parce que les représentants saoudiens ne le souhaitaient pas.

"L'explication que nous avons eue est que la Suède a relevé la situation de la démocratie et des droits de l'Homme, et que c'est pour cette raison qu'ils ne veulent pas que je puisse m'exprimer. Je le déplore", a-t-elle déclaré.

Un diplomate arabe a confirmé à l'AFP les raisons de cette annulation, ajoutant que le secrétaire général de la Ligue arabe avait présenté ses excuses à la ministre suédoise.

Le gouvernement suédois a publié le texte de ce discours qui n'a pu être prononcé. La ministre n'y mentionne à aucun moment l'Arabie saoudite, évoquant en termes généraux la reconnaissance de la Palestine par la Suède, la nécessité de la démocratie et du développement économique, la lutte contre le terrorisme et pour les droits de l'Homme.

"Notre expérience est que les droits des femmes ne bénéficient pas seulement aux femmes, mais à la société dans son ensemble", y écrit-elle entre autres.

Mme Wallström, sociale-démocrate entrée en fonction en octobre, n'évoque pas la diplomatie "féministe" qu'elle a déjà affirmé vouloir mener. "Le gouvernement suédois veut renforcer l'égalité entre les sexes, améliorer l'accès des femmes aux ressources et accroître la représentation des femmes. Nous appelons cela une politique étrangère féministe", avait-elle dit le 2 mars devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève.

Si Mme Wallström évite de parler directement de la condition des Saoudiennes, elle a condamné, à l'instar de nombreux dirigeants et ministres occidentaux, les "méthodes moyenâgeuses" de la justice saoudienne contre le blogueur Raef Badaoui, flagellé pour "insulte à l'islam".

Les relations avec l'Arabie saoudite sont une question brûlante dans la vie politique suédoise depuis plusieurs semaines.

Le gouvernement suédois négocie en interne la question du renouvellement d'un accord de coopération militaire avec l'Arabie saoudite, qui arrive à échéance en mai. Certains élus de la coalition au pouvoir entre sociaux-démocrates et Verts souhaitent publiquement que Stockholm rompe cet accord avec un gouvernement trop peu démocratique à leurs yeux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.