MAGHREB
03/03/2015 09h:07 CET | Actualisé 03/03/2015 18h:01 CET

Une cure de désintoxication pour deux ours alcooliques en Russie (VIDÉO)

Dans la ville de Sotchi située en Russie, deux ours se sont retrouvés emprisonnés dans une cage, derrière un restaurant durant près de 20 ans, rapporte le site Vice.

Le propriétaire du restaurant aurait accueilli ces deux ours depuis leur plus jeune âge jusqu'à ce qu'ils deviennent trop grand pour être en liberté.

Il finira par les maintenir en cage, parmi des détritus. Selon lui, la bière serait bénéfique pour les deux ours en raison du climat.

Néanmoins l'un des ours serait devenu complètement aveugle à cause des phares de voitures et de l'alcool.

"Les ours ont une plus forte réaction à l’alcool que les humains, ils peuvent mourir", a affirmé Anna Kogan, la fondatrice de Big Hearts Fondation, au quotidien britannique The Independant

La Big Hearts Fondation est une fondation basée à Londres défendant les animaux victimes de mauvais traitements en Russie. Ses militants ont essayé de trouver un centre d'accueil dans toute l'Europe pour les deux ours, sans succès, car leur traitement et leur rapatriement aurait couté trop cher.

L'alcoolisme des ours n'a en rien facilité leur recherche d'un centre d'accueil étant donné la difficulté qu'il y'aurait à les traiter. Kogan a expliqué qu'il y'avait de fortes chances que les deux ours ne survivent pas au traitement.

Big Hearts coordonne et finance l'éventuel transfert des ours ainsi que leur traitement avec l'aide de la Fondation Brigitte Bardot qui oeuvre pour la protection des animaux.

Ceux qui se battent pour la libération des ours ont obtenu une victoire importante au mois de février dernier, quand un tribunal russe a ordonné leur libération.

Ils devront malheureusement rester dans leur cage en attendant la décision du tribunal qui sera exécuté ce mois-ci.

Pat Craig, fondateur et directeur du Wild Animal Sanctuary à Keenesburg explique à Vice News que son plan serait de continuer à leur donner de la bière, parce que ce changement risque d'être particulièrement traumatisant.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.