MAROC
03/03/2015 04h:52 CET | Actualisé 03/03/2015 05h:00 CET

Portrait: Khalid Safir, le wali du Grand Casablanca

DR

PARCOURS - Alors qu'il prévoyaient de faire grève, le lundi 2 mars, les syndicats du secteur routier se sont finalement rétractés. C'est une rencontre avec Khalid Safir, le wali de la région du Grand-Casablanca, qui est à l'origine de ce revirement.

Un communiqué conjoint de la wilaya et des syndicats souligne que les deux parties œuvreront pour trouver un accord, et que le wali s'est engagé à examiner le dossier revendicatif des syndicats.

Khalid Safir n'en est pas à sa première opération de déminage. Le 22 décembre, il avait désamorcé la grève des syndicats de taxis, et avait ouvert un dialogue social qui dure jusqu'aujourd'hui, et qui leur a permis de préparer un terrain d'entente.

Cadre touche-à-tout, tout prédisposait cet ancien secrétaire général du ministère des finances à devenir wali.

Né à Settat en 1967, Khalid Safir a grandi au quartier populaire El Hank, à Casablanca. A 17 ans, il passe un bac en sciences mathématiques, puis rejoint la première promotion des classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Mohammed V et décroche le concours pour l'école polytechnique de Paris en 1988.

Diplôme d'Ingénieur de X en poche, il retourne au bercail en 1993, et rejoint l'Office d'exploitation des ports, dirigé à l'époque par l'actuel ministre de l'Intérieur Mohamed Hassad. Il y passera deux ans, avant d'intégrer le ministère des finances, puis la Trésorerie générale du royaume.

En 2006, il est nommé gouverneur de la préfecture El Fida-Mers Sultan par le roi. Il déclarera, au sujet de cette expérience qui déterminera la suite de son parcours:

"A la Trésorerie générale du royaume, j’étais confronté aux citoyens endettés. Comme gouverneur, j’étais confronté aux citoyens tout court. Il fallait savoir comment satisfaire leurs attentes et ne pas décevoir leurs espoirs. J’ai développé une conviction personnelle durant cette expérience: il faudra davantage de décentralisation pour mieux servir le citoyen".

En 2009, il est nommé gouverneur de la préfecture de Casa-Anfa, puis, deux ans plus tard, en 2011, il fera un court retour au ministère des finances, comme secrétaire-général. 2013 sera l'année de sa consécration/du grand bond: il est nommé wali de la région du Grand-Casablanca, et succédera donc à un certain Mohamed Boussaid qui, lui, a été nommé ministre de l'Economie et des finances dans le gouvernement Benkirane II.

Casablanca s'offre un lifting

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.