ALGÉRIE
03/03/2015 13h:46 CET

Education nationale: deux années d'apprentissage perdues en une décennie de grèves

DR

Les grèves récurrentes survenues durant cette décennie dans les écoles algériennes ont causé une perte de deux années d'apprentissage aux élèves, a déclaré Farid Benramdane, inspecteur général de la pédagogie au ministère de l'Education nationale, relayé par le quotidien El Watan.

"Le total des jours et des semaines perdus depuis dix ans" ont engendré "une perte sèche de deux ans. En fin de cursus moyen ou secondaire, les élèves algériens sont l'objet d'un déficit de deux ans par rapport aux élèves de la région ou du monde", a indiqué le même responsable.

En 2014, les élèves algériens ont étudié pendant 24 semaines seulement, a-t-il fait remarqué. Ce qui est largement au-dessous du volume cumulé annuellement dans des pays comme le Qatar ou le Mexique, où les élèves atteignent 44 semaines de cours, a noté M. Benramdane.

LIRE AUSSI: Dirassatic, la plateforme algérienne qui vous "rapprochera de l'école"

Le profil de sortie du bachelier en Algérie est ainsi inadéquat et déficient par rapport aux pré-requis d'entrée à l'université, qui s'alignent selon la standardisation internationale des diplômes.

Le même responsable avertit. La poursuite de ces grèves "répétées et exagérées" entraînera la "sous qualification pédagogique et la disqualification scientifique de la population (...) qui sera déficiente en matière de compétences", par conséquent "exclue du marché de l'emploi", a-t-il estimé.

L'inspecteur général de la pédagogie au ministère de l'Education nationale a par ailleurs souligné la nécessité de réagir au plan politique, et "remettre de l'ordre par le bilais d'une charte d'éthique et de stabilité. A défaut de quoi toute une génération sera "sacrifiée".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.