MAROC
03/03/2015 12h:30 CET | Actualisé 03/03/2015 12h:30 CET

Attijariwafa bank a réalisé en 2014 un bénéfice net de 4,3 milliards de dirhams

FINANCES - Malgré la crise, la banque de la SNI a réalisé en 2014 un bénéfice net de 4,3 milliards de dirhams pour un produit net bancaire de 19 milliards.

La morosité économique, la montée des risques et le ralentissement de la croissance des crédits n'ont pas empêché le leader bancaire de réaliser de bonnes performances au titre de l'année 2014.

Dirigé par Mohammed Kettani, le groupe bancaire a ainsi récolté des bénéfices de pas moins de 4,3 milliards de dirhams, en progression de 5,2% d'une année à l'autre. Des bénéfices énormes qui découlent d'un produit net bancaire de 19,44 milliards de dirhams, en croissance de 8,8%.

Voilà qui casse un peu la tendance noire de l'année dernière où la banque appartenant à la holding royale SNI avait vu ses bénéfices chuter de 8%...

En détails, tous les compartiments de la banque se portent bien. Les dépôts ont crû de 8,5% à 257 milliards, tandis que les crédits à l'économie signent une petite croissance de 1,7% à 255 milliards.

"Ces résultats prouvent encore une fois que nous sommes le premier collecteur d'épargne du pays, et le premier financeur de l'économie", signale Mohamed Kettani, comme pour tacler son concurrent direct, la BCP, qui a toujours revendiqué son leadership sur la collecte des dépôts. "Quand on parle d'épargne, il ne faut pas se contenter des dépôts bancaires, mais inclure également les OPCVM et les produits d'assurances vie. Quand on agrège le tout, on est largement premiers...", précise le PDG d'Attijari.

Seul ombre au tableau: le ralentissement des activités africaines du groupe, qui génèrent de moins en moins de bénéfices opur le groupe. En 2014, le bénéfice net de la banque de détail à l’international a ainsi chuté de 26,1% à 678,4 millions de dirhams, pour un produit net bancaire qui croît pourtant de plus de 8%.

Autre point noir et pas des moindres: la montée du coût du risque, liée notamment à des créances malades de certains secteurs de l'économie aussi bien au Maroc qu'en Afrique Subsaharienne. Sa charge a carrément explosé de 62,6% à 3 milliards de dirhams. Une évolution que Mohamed Kettani tient à relativiser rappelant qu'Attijariwafa bank reste la banque la moins exposée au risque, avec un taux de "contentialité" qui ne dépasse pas les 6,8%.

LIRE AUSSI: >>Afrique: Investissements, business, échanges commerciaux, le Maroc à la conquête du continent (INTERVIEW)

>>Attijariwafa bank vient de donner le coup d'envoi des travaux de la troisième édition du Forum International Afrique Développement 2015

Galerie photoCes Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.