ALGÉRIE
03/03/2015 13h:18 CET | Actualisé 03/03/2015 13h:38 CET

Algérie -Tunisie: les rencontres entre responsables frontaliers se multiplient pour "réactiver" la coopération

Les présidents Essebssi et Bouteflika, le 5 février 2015 à Alger
Facebook Essebsi
Les présidents Essebssi et Bouteflika, le 5 février 2015 à Alger

Les rencontres se multiplient entre les responsables des gouvernorats tunisiens et des wilayas algériennes dans la zone frontalière entre les deux pays. Hier, une délégation tunisienne composée des gouverneurs de Kasserine, d’El Kef, de Tozeur et de Gafsa était à Tébessa pour une réunion de travail à "huis clos" avec leur homologue algérien, le wali de Tébessa.

C'est la seconde rencontre en quelques semaines entre responsables des régions de la zone frontalière algéro-tunisienne qui semble témoigner d'une volonté de donner une traduction concrète à l'appel des responsables des deux pays à la "réactivation" des accords de coopération.

La zone frontalière algéro-tunisienne crée de grands soucis aux sécuritaires des deux pays dont la coopération s'est renforcée. Reste que l'action "sécuritaire durable" passe par la relance de l'activité économique dans la zone frontalière laquelle les responsables tentent d'apporter des réponses concrètes
.

Fin de "tolérance"

Au souvenir de la solidarité entre les deux pays durant la guerre de libération, entretenu par la commémoration régulière des bombardements français contre Sakiet Sidi Youssef, des préoccupations plus actuelles se sont ajoutées. Le risque terroriste qui s'est manifesté brutalement avec les activités djihadiste sur le mont Chaambi est rendu encore plus pesant par la dérive chaotique du voisin libyen.

Outre une coopération sécuritaire renforcée entre les deux armées, les autorités des deux pays veulent relancer l'action économique commune sur les zones frontalières commune qui s'est émoussée au fil des ans.

La menace des groupes terroristes dans cette zone frontalière commune - des algériens font partie des terroristes qui se sont incrustés au mont Chaambi - a changé la donne.

Elle sonne comme un rappel pour les responsables sécuritaires qui estiment que la "tolérance" observée depuis toujours à l'égard de la vieille activité de contrebande sur la zone frontalière n'est plus de mise.

Avec le terrorisme, on est passé d'une simple nuisance économique avec laquelle les deux s'accommodaient plus ou moins à une menace sécuritaire sérieuse. Il a été de ce fait question, lors de la rencontre d'hier entre les quatre gouverneurs tunisiens et leur homologue algérien, des accords liés à la lutte contre le terrorisme, la contrebande et la pauvreté.

A huis clos

Comme lors de la rencontre, le 17 février dernier, entre le gouverneur de Tozeur et le wali d'El Oued, l'objet de la rencontre, est la mise en œuvre des accords conclus, le 8 février dernier, entre les ministres de l'intérieur des deux pays, Tayeb Belaïz et Najem Gharsalli, à l'occasion de la commémoration du 57ème anniversaire des bombardements français contre Sakiet Sidi Youssef.

LIRE AUSSI: Alger et Tunis veulent redonner "vie" à la bande frontalière commune pour contrer le terrorisme

Mabrouk Beliouz, le wali de Tébessa, a indiqué que la rencontre a également abordé les accords dans le domaine de l’économie, l’agriculture, l’industrie et la mobilité des personnes.

Le wali de Tébessa a fait part de propositions faites par un des gouverneurs tunisiens portant sur la création de "centres industriels communs", d’une "banque algéro-tunisienne pour le financement des investissements des deux côtés de la frontière".

Il a été également question de la "suppression de la taxe d’entrée en application des orientations des chefs d’Etat des deux pays".

Les gouverneurs tunisiens, rapporte APS, ont également appelé à faire de la bande frontalière séparant les deux pays "une zone de libre-échanges" et plaidé pour "un partenariat pragmatique et efficient au moyen de la création de commissions sectorielles communes".

Les banques doivent "bouger"

Une autre rencontre de concertation sur "la stratégie de développement des régions frontalières entre la wilaya d’El-Oued (Algérie) et le gouvernorat de Tozeur (Tunisie) a eu lieu lundi à El Oued.

Les participants à cette rencontre, prévue lors de la rencontre du 17 février dernier, ont fortement insisté sur l'implication des banques dans la promotion de l'investissement dans les zones frontalières. El Oued et Tozeur se prépare à un jumelage destiné à renforcer le partenariat entre les deux régions.

Les opérateurs ont pressé les banques d'être plus actives et plus attentives aux attentes des investisseurs. Le wali d’El-Oued, Salah El-Affani, a critiqué les "pratiques bureaucratiques" des banques qui sont devenues des entraves à l'investissement. Cette situation, a-t-il dit, doit changer afin de préparer le terrain à "la concrétisation du projet de partenariat entre l’Algérie et la Tunisie".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.