MAROC
01/03/2015 10h:50 CET | Actualisé 17/04/2015 10h:09 CET

"CinéMaroc": Un photographe immortalise les cinémas marocains abandonnés (PHOTOS)

INTERVIEW - Depuis 2003, Stephan Zaubitzer photographie les salles de cinéma dans le monde entier. Son périple l’a mené l’année dernière au Maroc, où l’artiste a immortalisé des dizaines de salles de cinéma fermées, de Tanger à Marrakech, en passant par Tétouan, Oujda, Meknès et Casablanca, afin de faire connaître au public la richesse de ce patrimoine abandonné. Car pour une trentaine de salles en activité dans le royaume, 120 sont aujourd’hui à l’arrêt.

L’exposition "CinéMaroc" est présentée à la Fondation Slaoui à Casablanca à partir du 16 avril et jusqu'au 16 mai, avant de devenir itinérante dans les instituts français du pays.

HuffPost Maroc: Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux cinémas marocains ?

Stephan Zaubitzer: Cela rentre dans le cadre d’un projet de longue date sur les salles de cinéma dans le monde, qui m’a mené au Burkina Faso, en Inde, au Brésil, en Egypte, à Cuba etc. Le patrimoine architectural marocain est assez incroyable. Certaines salles ont été détruites, mais d’autres sont encore debout, même si elles ne sont pas en activité. J’avais envie de partir à la découverte de ce patrimoine-là.

Comment avez-vous pu pénétrer dans ces salles, aujourd’hui fermées au public ?

Il y a encore bien souvent des gardiens, qui connaissent les propriétaires. J’ai aussi beaucoup travaillé avec les instituts français du Maroc, qui avaient parfois des contacts, facilitant ainsi mes démarches. A Tanger, je suis allé vers une salle, qui était en train d’être transformée en petit centre commercial. Quand je suis rentré, on m’a demandé ce que je cherchais, j’ai dit que je faisais un repérage en tant que photographe. De fil en aiguille, j’ai rencontré la fille d’un propriétaire de plusieurs salles de la ville, dont la salle mythique du Goya, qui est fermée, mais que j’ai pu visiter dès le lendemain.

Que voulez-vous montrer à travers ces photos ?

Ce que je veux montrer, mais c’est un propos assez général, qui ne concerne pas uniquement les cinémas au Maroc, c’est que la salle de cinéma est menacée un peu partout dans le monde. Ce qui me semble intéressant à mettre en lumière, c’est l’importance de cet endroit-là. On a tendance à s’intéresser aux festivals, aux acteurs, etc. Moi je voulais mettre en avant cette facette du cinéma, ce patrimoine souvent oublié. La salle, c’est aussi comme un temple, dans lequel se déroule un rite, une magie devant les spectateurs. Je voulais capter cette illusion mise en scène de manière ingénieuse par les architectes.

Galerie photoPhotos de cinémas marocains à l'abandon Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.