ALGÉRIE
25/02/2015 06h:56 CET | Actualisé 25/02/2015 06h:57 CET

La justice suisse rejette l'appel de Chakib Khelil contre la livraison d'informations sur ses comptes bancaires à l'Algérie

Tribunal fédéral suisse
Wikimedia Commons
Tribunal fédéral suisse

Le Tribunal fédéral suisse a rejeté l’appel de l’ancien ministre algérien de l’Energie en fuite, Chakib Khelil contre la livraison d’informations financières et bancaires le concernant à la justice algérienne, rapporte le site swiss.info en italien.

La justice algérienne a demandé l’assistance judiciaire à la Suisse en octobre 2012 pour accéder aux informations bancaires de Chakib Khelil. Une demande faite sur fond de révélations sur la distribution de près de 200 millions de dollars de pots-de-vin à des responsables algériens par la société d’ingénierie Saipem, filiale du groupe pétrolier italien ENI.

Selon Swiss.info la demande porte sur un contrôle de flux d’argent d’un montant de 200 millions d’euros qui a eu lieu “en particulier entre un organisme public algérien - dont l'ancien ministre était responsable - et un homme d'affaires italien et de celui-ci à une autre société”.

L’ancien ministre de l’Energie, installé aux Etats-Unis qui a, ainsi que sa femme, “des comptes dans des banques suisses” peut encore saisir la cour suprême suisse pour tenter d’entraver la livraison des informations à l'Algérie.

L'affaire Sonatrach-Saipem s'est, pour rappel, enrichie d'un nouvel enregistrement entre l'ancien PDG d'ENI, Paolo Scaroni, et un de ses collaborateurs, confirmant l'existence de pots-de-vin versés à des responsables algériens.

Selon cet enregistrement, l'affaire est devenue publique à la suite de "règlements de compte" à Alger.

LIRE AUSSI:

Paolo Scaroni: L'affaire Saipem est devenue publique à la suite de "règlements de comptes" à Alger

Saipem-Algérie : Les montants pots-de-vin versés à Chakib Khelil et ses proches révélés dans la presse italienne

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.