MAROC
25/02/2015 08h:12 CET | Actualisé 01/03/2015 05h:26 CET

Festival National du Film de Tanger: "Chaibia, la paysanne des arts", un portrait haut en couleurs de l'artiste peintre Chaibia Talal

DR

CINÉMA - Un portrait haut en couleurs de l'artiste peintre, icône de l'art naïf au Maroc, feue Chaibia Talal. C'est l'objet du long métrage du jeune réalisateur Youssef Britel, "Chaibia, la paysanne des arts", qui a été projeté ce mardi 24 février, dans le cadre du 16ème Festival National du Film (FNF) de Tanger .



Après dix courts-métrages, Youssef Britel a choisi le genre biographique pour son premier long métrage, rendant hommage ainsi, à une personnalité qui a contribué à promouvoir l'image du Maroc à l'étranger en exposant ses toiles sur les cimaises des plus prestigieuses galeries du monde. 



Le film, co-écrit par David Villemin et Youssef Britel, retrace le parcours exceptionnel de cette artiste autodidacte depuis sa naissance en 1929 à Chtouka près d'El Jadida jusqu'à l'apogée de son art en 1986, en passant par des étapes différentes de sa vie.

 Jeune fille analphabète de la campagne qu'on qualifiait de "mahboula" (folle) en raison de son esprit rêveur, Chaibia se marie à 13 ans avec un vieil homme, et se retrouve veuve après avoir donné naissance à son fils unique El Houcine.

Elle mène ensuite une vie difficile et travaille comme femme de ménage pour subvenir aux besoins de son fils et lui permettre de suivre ses études. 

A la force de son courage, sa persévérance et de sa détermination, elle a pu changer son destin et devenir l'une des artistes peintres les plus célèbres du 20ème siècle.



Le film "Chaibia, la paysanne des arts", qui met en avant le succès de Chaibia et de son art naïf à l'étranger, notamment en Europe, pointe du doigt, en parallèle, le manque de reconnaissance pour cette artiste et la réticence à laquelle elle a fait face, quant à son talent, faisant même plusieurs fois l'objet de moqueries.



"un message d'espoir à toutes les femmes, à travers l'histoire de Chaibia"

Ainsi, Youssef Britel a confié qu'il a voulu faire ce film pour rendre hommage à Chaibia, faire connaitre aux jeunes générations ce pan de la mémoire collective et pour véhiculer un message d'espoir à toutes les femmes, à travers l'histoire de Chaibia, qui a su vaincre tous les obstacles qui se sont dressés devant elle pour arriver à la gloire.



"Pour réaliser cette œuvre ma première source d'information a été El houcine, le fils de Chaibia qui s'est réjoui de l'idée de faire un film sur la vie de sa regrettée mère", a-t-il ajouté.

 De son côté, l'actrice Saadia Azgoun, qui a crevé l'écran dans la peau de Chaibia Talal, a souligné que ce rôle a représenté un énorme défi pour elle, lui nécessitant un an et demi de préparation.

"Au début j'avais très peur de ce rôle, doutant même de ma capacité d'assurer", a-t-elle relevé.

 Et d'ajouter qu'à force de faire des recherches et de lire sur Chaibia, elle est devenue "obsédée" par elle, essayant de découvrir les moindres détails de sa vie, ainsi que les différents aspects de sa personnalité et de comprendre sa souffrance, sa force de caractère et son courage.



Réagissant à la prestation de Saadia Azgoun, le fils de Chaibia, El Houcine Talal n'a pas pu cacher son émotion, expliquant en marge de la projection du film, qu'il a été extrêmement touché par l'interprétation d'Azgoun, qu'il a jugée par ailleurs très crédible.



Largement applaudi par le public de Tanger, le film a été également apprécié des critiques et des observateurs qui ont salué la mise en scène, le style narratif, la structure dramatique et le jeu des acteurs.



Tourné à Casablanca, Marrakech, El Jadida, Rome et Paris, ce film met en vedette un casting prestigieux composé, outre Saadia Azgoun, de Mohamed Khouyi, Mourad Zaoui, Driss Roukh, Mohamed Nadif, ou encore Said Bey.



Jusqu'au 28 février, ce sont au total 30 films, signés par des réalisateurs marocains de différentes générations, qui sont projetés dans le cadre des deux sections de la compétition officielle (courts et longs métrages) du FNF, organisé par le Centre Cinématographique Marocain (CCM).

Galerie photoLes oeuvres des plasticiens marocains les plus cotés Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.