ALGÉRIE
21/02/2015 06h:05 CET | Actualisé 21/02/2015 16h:43 CET

NABNI relance l'alerte: il est urgent de prendre les "virages nécessaires" pour éviter le naufrage de l'économie

Vincent Huang/Flickr

Le groupeNABNI (Notre Algérie Bâtie sur de Nouvelles Idées) présente demain, à la salle Frantz Fanon du complexe Riadh el Feth à Alger son programme pour l’année 2015 avec une volonté affichée de recentrer le débat sur l’urgence des réformes économiques au lieu de focaliser sur la question de la réduction de la dépense publique.

Le groupe de réflexion publiera à l’occasion un texte introductif au titre éloquent reprenant la parabole du naufrage du Titanic déjà utilisée : "Icebergs en vue ! L’urgence n’est pas de freiner, mais d’engager les virages nécessaires". Nabni refuse de s’engluer dans le débat en cours sur les mesures à prendre pour faire face à la chute des prix pétroliers en insistant sur l’urgence absolue des réformes indépendamment du cours du baril.

Même avec un baril à 120 $, la réforme est impérieuse

"La baisse des prix du pétrole est une sonnette d'alarme utile" note Nabni dans son communiqué mais sur le fond, "l'urgence d'engager de profonds changements dans notre modèle économique et social et dans la gouvernance publique, reste la même que lorsque le baril était à 120 dollars".

“Cet effondrement des prix ne change absolument rien au contenu des réformes à mener, ni à leur urgence, ni au séquencement des mesures à prendre” avertit Nabni dans son communiqué.

LIRE AUSSI:

Le think-tank Nabni n'était donc pas un "oiseau de mauvais augure"

Pour Naji Benhassine (Nabni), l'Algérie est encore en panne de réformes

Allant à l’encontre du “discours ambiant qui se focalise sur une réduction des dépenses publiques”, NABNI appelle à dépasser la simple démarche de réduction du déficit budgétaire pour “identifier les réformes fondamentales, de court terme, qui permettront non seulement de rationaliser les dépenses publiques” et de “créer les conditions d’une sortie rapide de l’économie de rente”.

“Que faut –il changer à court terme dans le fonctionnement de notre économie et de nos institutions pour libérer le potentiel de développement de notre pays?”, c’est à cette question “cruciale” que NABNI entend apporter des éléments de réponse “très concrets”.

Une question sensible et urgente qui sera discutée avec la participation de Mourad Preure, Mouloud Hedir, Zoubir Benhamouche, Mabrouk Aib et Lies Kerrar. Le groupe de réflexion veut contribuer à focaliser l’attention sur “les réformes de fond, sur les grands virages que doit urgemment prendre notre pays et dont les effets ne se feront sentir que sur le moyen-long terme”.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.