MAROC
20/02/2015 10h:14 CET | Actualisé 24/04/2015 14h:06 CET

Morceaux choisis de l'interview de Mustapha Hadji

Mustapha Hadji, le retour du "grand frère"
Mustapha Hadji, le retour du "grand frère"

FOOTBALL - On se souvient de sa carrière au sein des Lions de l'Atlas. Ballon d’or africain 1998, il aura marqué cette année-là, avec notamment un but d'anthologie en Coupe d'Afrique des Nations (un retourné parfait face à l'Egypte) et le premier but de la campagne du Mondial 1998 (face à la Norvège), dernière apparition du Mountakhab au plus haut niveau planétaire.

Aujourd'hui adjoint du sélectionneur Badou Zaki, Mustapha Hadji définit son rôle comme celui d'un "grand frère". Il a livré à Jeune Afrique ses impressions sur les sanctions prononcées par la CAN à l'encontre de la sélection marocaine, les raisons de la longue éclipse des Lions de l'Atlas, et sur le cas Taârabt. Extraits.

Sanctions abusives

"Deux CAN, c’est une sanction lourde. Cela voudrait dire que si elle est confirmée, une partie de la carrière internationale d’une génération sera gâchée."

Une équipe à reconstruire

"Après la finale perdue en Tunisie [en 2004], une mauvaise ambiance s’est installée au sein de la sélection. Il y avait un mal-être. Quand j’ai stoppé ma carrière internationale en 2002, ce n’était pas comme ça. Et forcément, le Maroc a pris du retard. L’Algérie et la Tunisie sont passées devant nous, mais avec la qualité de nos joueurs, je pense que nous pouvons revenir au sommet."

Le cas Taârabt

"[Badou Zaki] a tenté de joindre Taarabt, qui n’a jamais répondu à ses messages. Il m’a dit qu’il avait changé de téléphone, alors que les pré-convocations et les convocations sont toujours adressées aux clubs, qui font suivre aux joueurs concernés. Taarabt aurait dû répondre, par politesse, même pour décliner la sélection. Il faut qu’il revienne un peu sur terre. Son avenir en sélection ? Seul Badou Zaki peut répondre, mais personne n’est indispensable."

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.