MAGHREB
18/02/2015 09h:35 CET | Actualisé 18/02/2015 09h:41 CET

Tunisie: Chronologie des attaques attribuées à des terroristes depuis 2012

Members of the Tunisian National Guard take positions as they secure the scene of a shooting in the Oued Ellil suburb of Tunis, Tunisia, Thursday, Oct. 23, 2014. A Tunisia official says a security officer has been killed in a shootout that began when a suspect's home was surrounded near the capital. Interior Ministry spokesman Mohammed Ali Aroui says the exchange of fire Thursday came after a pair of counterterrorism operations in the south that left one bystander dead. (AP Photo/Aimen Zine)
ASSOCIATED PRESS
Members of the Tunisian National Guard take positions as they secure the scene of a shooting in the Oued Ellil suburb of Tunis, Tunisia, Thursday, Oct. 23, 2014. A Tunisia official says a security officer has been killed in a shootout that began when a suspect's home was surrounded near the capital. Interior Ministry spokesman Mohammed Ali Aroui says the exchange of fire Thursday came after a pair of counterterrorism operations in the south that left one bystander dead. (AP Photo/Aimen Zine)

TERRORISME - Cette nuit, le sol tunisien a été le théâtre d'une nouvelle attaque terroriste. C'est à Boulaaba, dans le gouvernorat de Kasserine, que ces événements meurtriers ont eu lieu.

Quatre agents de la Garde Nationale ont en effet perdu la vie.

Ce nouvel incident allonge une liste d'affrontements ou troubles liés à des terroristes, déjà bien longue.

Retour sur ces événements avec quelques dates-clés.

2012, l'année où l'ambassade américaine est attaquée.

  • 26 mai: Des salafistes radicaux, armés de bâtons ou de sabres, s'en prennent à des postes de police et attaquent des bars dans plusieurs localités du gouvernorat de Jendouba (nord-ouest).
  • 17 août: Quelque 200 militants radicaux attaquent un festival à Bizerte (nord), troisième spectacle pris pour cible en trois jours. Déjà, en juin, des attaques avaient eu lieu dans plusieurs villes par des membres de la mouvance salafiste et des casseurs, peu après le saccage d'une exposition dont des oeuvres étaient jugées offensantes pour l'islam.
  • 14 septembre: Des centaines de manifestants dénonçant un film islamophobe sur internet, dont de nombreux jihadistes présumés, attaquent l'ambassade américaine. Quatre morts parmi les assaillants, des dizaines de blessés.
  • 10 décembre: Un gendarme est tué dans des affrontements avec des hommes armés dans la région du Mont Châambi, dans le gouvernorat de Kasserine. Ce groupe armé sera par la suite identifié comme une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi),
  • la Phalange Okba ibn Nafaâ, le principal maquis jihadiste en Tunisie toujours actif à ce jour
.

2013, année doublement noire.

  • 6 février: Assassinat de l'opposant Chokri Belaïd. Le crime, revendiqué fin 2014 par des jihadistes, provoque une profonde crise politique et la chute d'un premier gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.
  • 19 mai: Heurts à Tunis entre policiers et partisans du mouvement jihadiste Ansar Al-Charia après l'interdiction de son congrès à Kairouan (centre).
  • 25 juillet : Assassinat d'un député de l'opposition, Mohamed Brahmi, revendiqué par la mouvance jihadiste fin 2014.
  • 29 juillet: Huit militaires sont tués, certains égorgés, dans une embuscade pendant le mois de ramadan au mont Châambi. Début août, l'armée mène une opération aérienne et terrestre dans cette région.
  • 30 octobre: Deux attentats touchant pour la première fois la côte est touristique sont déjoués, notamment à Sousse où un kamikaze se fait exploser sur une plage.

2014, attaques et contre-attaques.

  • 4 février: Les autorités annoncent avoir tué sept membres d'un groupe armé, dont l'auteur présumé de l'assassinat de Chokri Belaïd au cours d'une"opération antiterroriste" dans la banlieue de Tunis.
  • 13 juin: Aqmi revendique pour la première fois de récentes attaques, notamment un assaut fin mai contre le domicile du ministre de l'Intérieur (quatre morts parmi les forces de l'ordre).
  • 2 juillet: Quatre soldats sont tués dans l'explosion d'une mine dans la région du Kef (nord-ouest).
  • 16 juillet: Quatorze soldats sont tués après un assaut "terroriste" à l'heure de la rupture du jeûne du ramadan, sur le mont Chaambi, attaque la plus meurtrière de l'histoire de l'armée.
  • 24 octobre: Assaut dans la banlieue de Tunis contre une maison dans laquelle était retranché un groupe armé. Un gendarme, six suspects dont cinq femmes, et un enfant sont tués.

2015, déjà quatre victimes.

18 février : Quatre gendarmes sont tués dans une embuscade attribuée à la Phalange Okba Ibn Nafaâ près du mont Chaambi.

Au total, une soixantaine de soldats, policiers et gendarmes ont été tués dans des attaques de groupes armés jihadistes depuis la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.