11/02/2015 04h:46 CET | Actualisé 11/02/2015 05h:01 CET

Patrimoine : Le président de Casamémoire, Rachid Andaloussi, indigné par le nouvel effondrement de l'hôtel Lincoln à Casablanca

PATRIMOINE - L’effondrement d’un pan de l’hôtel Lincoln pose à nouveau la question de la préservation des monuments casablancais menaçant ruine. Le point avec le président de Casamémoire, Rachid Andaloussi.

HuffPost Maroc : Un pan de l’hôtel Lincoln à Casablanca, bâtiment classé au patrimoine, vient de s’effondrer faisant un mort et deux blessés. Votre réaction ?

Rachid Andaloussi : Je déplore cette mort qui n’est d’ailleurs pas la première. D’autres personnes sont décédées au cours d’effondrements précédents. Notre association a tout fait pour classer l’hôtel Lincoln au patrimoine. Cela a été possible au bout d’un long feuilleton judiciaire qui a abouti à une expropriation pour utiité publique. Maintenant c’est aux autorités de prendre le relais : Il faut à tout prix étayer la façade qui est dégradée par les intempéries au fil des années

En piteux état, l’hôtel Lincoln est devenu le refuge de sans abris qui y logent au péril de leur vie. Faut-il encore tenter de préserver ce monument qui menace ruine ?

Ne pas chercher à préserver l’hôtel Lincoln reviendrait à baisser les bras. Si jamais les autorités de la ville perdent cette bataille, c’est tout le combat mené depuis des décennies pour la reconnaissance du patrimoine architectural de Casablanca qui sera jeté aux orties. Je maintiens qu’il faut restaurer l’hôtel Lincoln pour en faire un palace. La réhabilitation de cet édifice tirera vers le haut tout le centre ville où il est situé. C’est ce qu’on appelle en urbanisme une opération acupuncture, opération qui a des effets positifs sur l’environnement immédiat du monument restauré.

Combien de bâtiments historiques casablancais comme l’hôtel Lincoln menacent-t-ils ruine ?

On l’ignore aujourd’hui faute d’un inventaire complet. Or il y a urgence à répertorier ces bâtiments car, au delà de la question patrimoniale, des vies sont en danger. On met toujours en avant le coût élevé de la restauration de ces édifices historiques, mais c’est un mauvais calcul car le patrimoine est vecteur de développement économique. Il y a des effets induits entre autres pour le tourisme ou l’essor des commerces, ce que beaucoup de pays ont compris depuis longtemps.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.