MAROC
11/02/2015 08h:08 CET | Actualisé 17/02/2015 11h:12 CET

La Fédération royale marocaine de football "rejette" l'ensemble des sanctions sportives et financières de la CAF

La guerre entre le Maroc et la CAF continue
La guerre entre le Maroc et la CAF continue

CAN - Le comité directeur de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) rejette l’ensemble des sanctions sportives et financières prises par le Comité exécutif de la CAF.

Vendredi 6 février, la CAF avait annoncé la suspension de la sélection marocaine pour les deux prochaines CAN 2017 et 2019, et décidé de lui faire payer une amende d’1 million de dollars. La FRMF devait également s'acquitter de la somme de 8.050.000 euros "en réparation de l’ensemble des préjudices matériels".

La CAN 2015, initialement prévue au Maroc du 17 janvier au 8 février 2015, avait été annulée pour cause d’épidémie d’Ebola.

La FRMF, "grandement étonnée", affirme dans un communiqué rendu public mardi soir sur son site web, que ces décisions ne correspondent en rien aux conclusions de la réunion tenue préalablement au Caire avec Issa Hayatou, le Président de la CAF.

Ces décisions vont "à l’encontre du développement du football africain" et "ne reposent sur aucune base réglementaire", a souligné le comité directeur de la Fédération royale marocaine de football, qui a décidé de laisser le "président de la FRMF prendre toutes les dispositions et mesures qu’il jugera appropriées et veillera à tenir l’opinion publique informée sur les développements futurs que connaîtra ce dossier".

Le Maroc pourrait très vite faire appel de ces sanctions, voire saisir en dernier recours, le Tribunal arbitral du sport (Lausanne).

Selon Samy Mojtabi, journaliste et consultant sportif, cette décision de la CAF n'est pas une surprise : "Le Maroc était préparé a ce genre de sanction, cela fait un moment que les responsables de la Fédération ont préparé un dossier béton pour se défendre. Ils ont des arguments assez important puisqu’ils vont se baser sur le fait que le royaume n’a jamais refusé officiellement d’organiser cette compétition. Le Maroc n’a pas tourné le dos à la CAF ce qui pourrait justifier de telles sanctions, il a toujours demandé un report. C’est l’argument de base des avocats qui sont sur le dossier, et qui devrait réussir à réduire ces sanctions. Peut-être pas les annuler parce que la CAF l’a un peu en travers de la gorge."

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.