MAROC
04/02/2015 14h:15 CET | Actualisé 04/02/2015 18h:01 CET

Le street artiste Combo, d'origine marocaine et libanaise, agressé à Paris pour un tag sur la coexistence des religions

Un street artiste d'origine maroco-libanaise agressé à Paris
Combo
Un street artiste d'origine maroco-libanaise agressé à Paris

STREET ART - Il a eu le "malheur" de prôner le respect mutuel des religions. Après avoir écrit le mot "coexist" sur une affiche contre un mur de la capitale française, l’artiste de street art Combo a été agressé par quatre jeunes qui lui ont demandé d’effacer le tag avant de le rouer de coups.

Le dessin reprend les symboles des trois religions monothéistes: le croissant musulman pour le C, l’étoile de David pour le X et la croix chrétienne pour le T.

Peint en noir dans un quartier de la Porte Dorée, situé dans l’est de Paris, le tag était accompagné d’un dessin représentant l’artiste lui-même, vêtu d’une djellaba et d’un blouson en cuir.

L’information a été relayée par le journal français Le Monde, avec qui Combo s’est entretenu. L’artiste, âgé de 28 ans, explique qu’il s’en est tiré avec une épaule démise, des bleus douloureux et huit jours d’arrêt de travail.

Né d’un père libanais chrétien et d’une mère marocaine musulmane, il est connu pour ses collages et ses œuvres à la fois drôles et profondes, qui questionnent régulièrement le rapport à la religion.

L'artiste, qui a vécu à Beyrouth, dit prôner le "dji-art". Il a notamment taggué les murs de la capitale libanaise du slogan "moins de Hamas, plus de Houmous".

LIRE AUSSI:Le graff au Maroc: L'art urbain qui fleurit

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.