ALGÉRIE
04/02/2015 09h:56 CET | Actualisé 04/02/2015 10h:33 CET

Le groupe de rap Desert Boys d'In Salah chante contre le gaz de schiste

Facebook/DesertBoys

Alors qu'In Salah lutte contre le gaz de schiste depuis une dizaine de jours, le groupe de rap Desert Boys sort le 9 janvier un nouveau clip intitulé "Makach li radi" (Personne n'accepte ça). Mêlant vidéos des manifestations et schémas de fracturation hydraulique, dans une ambiance anxiogène en noir et blanc, la chanson pointe l'opposition des habitants à l'exploitation du gaz de schiste en Algérie.

"Une façon de contribuer, à notre manière, au mouvement anti-schiste", affirme Adel Karane, alias Adoula, le fondateur du groupe, responsable hygiène, sécurité et environnement (HSE) dans une entreprise pétrolière quand il ne rap pas.

Huffington Post Algérie: Quelle est l'histoire de Desert Boys?

Adel Karane: Notre groupe Desert Boys est né en 2006. Il se compose de six rappeurs, âgés entre 23 et 26 ans, tous originaires de In Salah. Nous faisons du rap underground et hardcore. En huit ans, nous avons produit une centaine de chansons, regroupées dans cinq albums mis en ligne sur notre blog, et sept clips.

Nous créons tous nos clips nous mêmes. On filme les images avec un appareil photo et on enregistre le son avec des micros professionnels puis je m'occupe du montage. Pour la bande sonore, on ne joue pas d'instruments, on télécharge des rythmes gratuitement sur Internet ou on demande à des amis d'Alger ou d'ailleurs de nous faire des rythmes spéciaux.

itw rapeur

Adel Karane, alias Adoula, fondateur du groupe de rap Desert Boys

De quoi parlent vos chansons?

Nos textes racontent notre quotidien d'Algériens du désert: les problèmes rencontrés par les habitants du Sud, les aspirations des jeunes d'In Salah, les qualités des gens du désert, etc. Notre dernier titre "Makach li radi" (Personne n'accepte ça) traite ainsi de l'opposition au gaz de schiste. Le clip "Le pigeon de la paix", sorti en 2013, parle, du désert et du pacifisme légendaire des gens du Sud.

Dans un autre clip, "Chkoun ntoma yali hlaktou l'bled" (Qui êtes-vous, vous qui avez détruit le pays?), réalisé en 2012, on se montre plus virulent et on s'attaque aux mauvais dirigeants de notre gouvernement qui volent l'argent du pays et privent de leurs droits les citoyens qui veulent vivre en paix.


Dans quelles conditions jouez-vous?

Nous répétons en général dans la rue, les bois ou de temps de temps chez des amis. Au fur et à mesure des années, nous avons économisé pour acheter du matériel professionnel. Comme il n'existe aucun magasin de matériel de musique à In Salah, nous nous équipons à Alger ou nous nous débrouillons avec des amis qui nous rapporte ce dont nous avons besoin de France. On ne reçoit aucune aide, financière ou matérielle, de la part de l'Etat. Ni la maison des jeunes, ni la maison de la culture d'In Salah ne nous soutiennent.

LIRE AUSSI: La lutte contre le gaz de schiste se joue (surtout) sur Internet

Quels sont vos projets?

Nous travaillons à rendre le rap populaire dans le désert et à changer les mentalités du négativisme vers le positivisme grâce à nos chansons. Nous travaillons aussi à la création d'un studio professionnel qui permettrait aux autres rappeurs de la région sans matériel d'enregistrer leurs chansons et de réaliser leurs clips.

LIRE AUSSI:

Suivez l'actualité sur le gaz de schiste ICI.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.