ALGÉRIE
29/01/2015 13h:01 CET | Actualisé 29/01/2015 14h:09 CET

In Salah poursuit sa grogne anti-schiste dans la confusion, la police hausse le ton

Contrairement à ce qui a été annoncé dans le journal de 12h30 de ce jeudi 29 janvier sur la radio nationale, où a été rapporté que "les jeunes de In Salah ont levé leur campement", les protestataires continuent leur mobilisation contre le gaz de schiste deux jours après les annonces du président Bouteflika.

Jeudi, les habitants d'In Salah ont organisé une marche et tenu un rassemblement à la place "Somoud" pour la 29e journée consécutive alors que la police, jusqu'ici discrète, s'est montrée plus visible. Des centaines de personnes ont rejoint la marche quotidienne contre le gaz de schiste, devenue une habitude depuis presqu'un mois à In Salah.

LIRE AUSSI: In Salah refuse la wilaya et dit "trois fois non" au gaz de schiste

Le comité des 22, représentant des manifestants, exige, afin de mettre fin à ce mouvement, l'installation d'une commission technique chargé du suivi et du contrôle des forages de gaz de schiste, rapporte le quotidien Liberté. dans son édition d'aujourd'hui.

“Nous sommes contents que Bouteflika décide de la fermeture des puits, mais il doit nous assurer quant à la mise en place d’une commission de suivi et de contrôle de ce processus. Notre souhait est qu’il y aurait au moins cinq techniciens de la région dans cette commission que désigneront les citoyens d’In Salah”, a annoncé Abdelkader Bouhafs, un des leaders du comité.

LIRE AUSSI:Contestation anti-schiste: Une journée avec les "Indignés " d'In Salah

La police "provoque"

Les forces de l'ordre, discrètes depuis le début des contestations le 1er janvier, se sont montrées plus présentes. Il s'agit d'une "tentative de provoquer les manifestants" selon Abdelkader Bouhafs, membre du groupe des 22 qui a mobilisé la population. "Après 29 jours (de contestation), pas un seul incident n'a eu lieu. S'il y a un problème, la police et le wali seront responsables", a-t-il indiqué.

in salah police


Quant aux suites à donner au mouvement, arrêt ou continuité sous quelle forme, la décision n'a pas encore tranchée. En attendant, c'est plutôt la confusion Place Somoud.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.