MAGHREB
27/01/2015 10h:43 CET | Actualisé 27/01/2015 11h:04 CET

CAN 2015: La sélection tunisienne restera à Bata pour affronter la Guinée-Équatoriale... Explications

A man walks in front of the Bata stadium in Bata, Equatorial Guinea, Friday Jan. 16, 2015 which will host the opening African Cup of Nations Group A soccer match on Saturday between the tournament hosts and Congo. (AP Photo/Themba Hadebe)
ASSOCIATED PRESS
A man walks in front of the Bata stadium in Bata, Equatorial Guinea, Friday Jan. 16, 2015 which will host the opening African Cup of Nations Group A soccer match on Saturday between the tournament hosts and Congo. (AP Photo/Themba Hadebe)

SPORTS - Et si les souhaits des joueurs tunisiens étaient exaucés?

La CAF a trouvé un accord avec la Fédération Tunisienne de Football, a indiqué la TAP ce mardi en marge du match d'hier de la sélection tunisienne face à la République Démocratique du Congo, pour délocaliser sa prochaine rencontre face à la Guinée-Équatoriale, samedi prochain, dans le cadre des quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations.

Cette rencontre qui se jouera dans le stade de Bata, devait initialement se faire dans le stade d'Ebebiyin.

Pourquoi changer de stade?

La décision a été prise durant le match du groupe B opposant le Cap-Vert à la Zambie qui se disputait dans l'enceinte d'Ebebiyin. Un stade qui a accueilli les deux premières rencontres de la Tunisie.

En effet, hier des pluies diluviennes se sont abattus sur la région du Nord-Est de la Guinée-Équatoriale. Un déluge qui a largement endommagé le terrain (Voir l'image ci-dessous).

D'autre part, le petit stade d'Ebebiyin ne pouvait pas accueillir tous les supporters du pays hôte. En effet la capacité du stade est limité à 15.000 spectateurs.

La Tunisie jouera donc dans le grand stade de Bata avec ses 40.000 places dans lequel elle s'est qualifiée lundi soir face à la RD Congo (1-1).

Ebebiyin, la ville de tous les calvaires pour les Tunisiens

Les joueurs Tunisiens profiteront donc de cette délocalisation pour rester sur place. La sélection tunisienne avait subi un difficile déplacement en bus, samedi dernier de la ville d'Ebebiyin, au Nord-Est jusqu'à Bata à l'extrême Ouest.

180 km de distance que les Tunisiens ont parcouru en 5 heures ! Le sélectionneur Georges Leekens qui avait qualifié ironiquement le trajet de "voyage de noces".

Cette décision de la CAF évitera à la sélection nationale un retour harassant par bus dans la ville d'Ebeybini où les conditions de séjour étaient mauvaises.

Au delà du voyage, ce sont les conditions de travail qui étaient pointées du doigt par l'encadrement technique de l'équipe tunisienne, en dénote les déclarations de Leekens à l'AFP après son arrivée à Bata.

"A Ebebiyin je me suis fâché à cause de l'hygiène, pour défendre la santé de mes joueurs, parce que je dois les protéger. On a eu des problèmes comme toutes les équipes mais on est restés debout; on essaie de les oublier et de se concentrer sur le match."

Quelques heures avant la rencontre face au Cap-Vert, les Tunisiens n'ont pas pu faire d'entrainement sur la pelouse d'Ebebiyin parce qu'elle n'était pas prête à accueillir un match de football.

La Fédération Tunisienne s'est même plainte officiellement à la CAF après la première rencontre. Elle a joint une lettre à la Confédération Africaine pour dénoncer des conditions d’hébergement catastrophiques à Ebeyibin qui ont perturbé le groupe. La FTF a signalé des coupures d’électricité et d’eau, ainsi que la faiblesse des infrastructures, notamment au niveau de l'hygiène.

Dans les émissions de télévision tunisiennes, des consultants sportifs avaient même indiqué que certains joueurs Tunisiens voulaient éviter de se qualifier en tête de leur groupe, pour éviter ce déplacement périlleux, quitte à perdre la rencontre face à la République Démocratique du Congo.

Leur souhaits sont désormais exaucés... À eux de jouer maintenant!

Galerie photo Le surnom des 16 pays engagés à la CAN 2015 Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.