ALGÉRIE
18/01/2015 15h:04 CET | Actualisé 18/01/2015 16h:36 CET

Décès de la moudjahida Jacqueline Guerroudj

jacqueline guerrouj

La moudjahida Jacqueline Guerroudj est décédée dimanche 18 janvier 2015 à Alger, apprend-on de sources proches de la famille de la grande militante de l'indépendance nationale. C'était la doyenne des moudjahidate. Elle était née 1919 à Rouen.

Après des études de philo et de droit, elle vient en Algérie en 1948 où elle est affectée en qualité d’institutrice près de Tlemcen. Dès le déclenchement de la lutte armée, elle prend fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie. Avec son mari Djillali Guerroudj, militant communiste et sa fille Minne Djamila, elle intègre le FLN. Elle est arrêtée en 1957 en pleine bataille d’Alger et condamnée à mort.

Communiste, elle avait rejoint le réseau du Comité de défense des libertés (CDL) puis, en 1956, le Front de Libération nationale (FLN) comme agent de liaison dans les commandos de l'Armée de libération nationale (ALN).

Jacqueline Guerroudj fut arrêtée en 1957 et condamnée à mort en tant que complice de Fernand Iveton pendant la guerre de libération nationale, mais n'a pas été exécutée. Sa fille Danielle Minne, qui fut aussi moudjahida dans les maquis de la wilaya III, a été condamnée à 7 ans de prison.

Au lendemain de l’indépendance, elle entreprend une longue carrière à la Faculté d’Alger en tant que bibliothécaire. Jacqueline qui était âgée 96 ans a toujours vécu à Alger. Elle était mère de 5 enfants et plusieurs fois grand-mère.

LIRE AUSSI:

L'adieu de l'Algérie à Eveline Safir Lavalette, une "Juste Algérienne"

Lucette Hadj Ali, militante et témoin des combats des Algériens

Le moudjahid René Vautier est mort: un immense artiste, un homme de grande conviction

Le portrait de Jacqueline Guerroudj est de Mustapha Boutadjine

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.