ALGÉRIE
17/01/2015 07h:45 CET | Actualisé 17/01/2015 08h:12 CET

Mokrane Bouzid: "le vent, la lumière et les couleurs m'ont amené à Timimoun"

Après une errance de quelques années qui l'a amené au Maroc à Essaouira, en Europe et au Senegal, Mokrane Bouzid a posé ses valises à Timimoun. C'est une nouvelle vie qui commence. Une rencontre suivie d’une découverte, puis d’une passion. C'est son histoire avec l'oasis rouge.

Il dit lui même : « C'est le vent, de la lumière et des couleurs qui m'ont amené à Timimoun » Il s’intéresse à tout ce qui rythme la vie sociale, culturelle et cultuelle de la région du Gourara.

De la terrasse de sa maison qui surplombe la palmeraie, en contemplation devant la « Sebha », le peintre se confie, alors qu'un léger vent de sable, inhabituel pour la saison, tarde à se calmer.

mokrane bouzid

Mokrane Bouzid est impressionné par l'attachement des traditions dans cette région

L'inspiration

Son inspiration vient de ce qui se passe autour du culte des Saints dans les Ziaras qui est omniprésent dans la région. Le mouvement, la couleur les formes, l'espace, le silence, constituent les couleurs de sa palette.

"J'essaie de traduire dans mes toiles, le mysticisme, les vibrations des gens"

Au sud, la mentalité est différente. Le partage et le vivre ensemble y sont les maîtres mots. Tout se passe autour des gens, c'est la relation que l'on a avec eux qui fait qu'ils acceptent les gens qui ne sont pas vraiment de chez eux, et les fêtes sont le moment privilégié où l'on peut pénétrer l'esprit des gens du sud.

tableau de mokrane bouzid

Il ne travaille pas selon sur une seule technique, mais à son arrivée, pour s'imprégner des couleurs et des formes, il a commencé par le figuratif, avant de se « lâcher » et d'appliquer des techniques telles que l’impressionnisme, le tachisme, ou bien de travailler sur la verticalité.

Sa clientèle

Sensations, émotions, sont les sentiments que les amateurs de l'oeuvre de Mokrane Bouzid viennent retrouver au travers de ses toiles. Sa clientèle était majoritairement constituée d'étrangers, mais malheureusement, les touristes se font rares, et ceux qui lui rendaient visite dans son atelier ne sont plus légion.

atelier de mokrane bouzid

En outre Mokrane déplore le fait que les autorités Algériennes au travers du Ministère de la Culture ne considèrent pas son travail.

"Les autorités ne s’intéressent pas aux artistes, à l'exception des moments où des délégations viennent au sud, mais nous sommes immédiatement oubliés après leur départ"

Pas de lieux d'exposition, peu d'amateurs Algériens.

Mokrane Bouzid tente depuis toutes ces années de mettre en valeur la richesse culturelle de la région de Timimoun, c'est l'histoire de la vie au Sud qu'il résume au travers de ses toiles.

tableau mokrane bouzid

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.