ALGÉRIE
02/01/2015 11h:10 CET | Actualisé 02/01/2015 11h:10 CET

Gaz de schiste en Algérie : une exploration réussie et des... interrogations

DR

Le 27 décembre l'Algérie a allumé sa première torche de gaz de schiste dans le bassin de l’Ahnet, près d'In Salah dans la wilaya de Tamanrasset. Le pas a visiblement été franchi vers la l'exploitation des sources d'énergies non conventionnelles.

Ce premier puits-pilote foré par Sonatrach en effort propre a, apprend-on du ministre de l’énergie Youcef Youssfi, confirmé l’existence de réserves importantes de gaz de schiste dans le bassin d’Ahnet, situé à In Salah, à 50 Km de Tamanrasset.

Ce puits ‘‘nous laisse envisager la possibilité d’aller de l’avant dans l’exploitation éventuelle de ces ressources gazières non conventionnelles’’, a-t-il expliqué, en précisant que les études menées dans le bassin d’Ahnet, grâce à ce premier forage, ont permis de révéler l’existence d’un troisième périmètre contenant du gaz de schiste, qui s’étend sur 100.000 km2, a fait savoir M. Yousfi.

Avec l’exploration, en attendant l’exploitation réelle de cette nouvelle source d’énergie non conventionnelle, se pose une énième fois la question de l’environnement et notamment le risque de pollution de la nappe phréatique qui alimente la région et le transfert des eaux In Salah-Tamnarsset survenu depuis peu de temps. Un projet, rappelle-t-on, inauguré par l'actuel premier ministre à l'époque ministre des ressources en eau.

Le ministre des ressources en eau, M. Necib, ainsi que ministre de l’environnement, Mme Boudjemaâ, tous deux de cette expédition à In Salah, se sont déclarés rassurés par les experts.

Beaucoup d'autres mettent en doutes ces assertions et font valoir la réticence de beaucoup de pays développés à cette aventure qui ne semble avoir réussi qu'aux Etats-Unis.

A l'heure ou les prix du baril de pétrole suivent une courbe ascendante, on se pose aussi la question de la rentabilité du recours aux gaz de schiste, dont les experts, mettent en avant, un coût très élevé.

Le gouvernement a-t-il étudié tous les paramètres? La phase production ne pourrait être envisagée que si la rentabilité commerciale du gaz d’Ahnet est prouvée, a rassuré le ministre de l'énergie alors que tout semble avoir été mis en place pour lancer prochainement l'exploitation de cette nouvelle source d'énergie.

LIRE AUSSI:

Algérie: Le gaz de schiste n'a pas beaucoup de partisans dans la presse et les réseaux sociaux

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.