ALGÉRIE
30/12/2014 08h:44 CET | Actualisé 31/12/2014 16h:13 CET

Ali Kahlane, expert en TIC: "Zohra Derdouri et son Ministère ne servent à rien"

Youcef Boukettache pour le HuffPost Algérie

"Le Ministère de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication (PTIC) de Zohra Derdouri ne sert à rien, à part être un facteur bloquant dans l'évolution de l'écosystème des TIC en Algérie", a déclaré Kahlane Ali, expert en technologies de l'information et de la communication lors d'un entretien aujourd'hui sur Radio M.

"En Algérie, l'écosystème de promotion de création de startups est mal organisé, et subit constamment les freins de nature administrative et bureaucratique du Ministère de la PTIC, dirigé par Zohra Derdouri", a martelé M. Kahlane.

L'invité de Radio M, par ailleurs membre du think-tank NABNI, a souligné "la myopie totale des autorités" dans la gestion et la prise en charge du secteur des TIC qui se fait "sans stratégie et sans vision".

Pour appuyer ses déclarations, l'expert en technologies de l'information énumère les nombreux échecs du Ministère de la Poste dans la gestion de ses projets, notamment e-Algérie - qui vise à généraliser l'usage des TIC et qui n'est réalisé qu'à 20% - et le Faudtic, fonds de 5 milliards de dinars pour le développement du secteur, resté figé. La cause en est à une gestion administrative et bureaucratique, qui empoisonne l'écosystème algérien, affirme-t-il.

Ce que Kahlane Ali ne manque par ailleurs pas d'aborder, c'est la culture de "méfiance et non pas de confiance" adoptée par le Ministère de la Poste. Une attitude qui décourage les entreprises privées algériennes à nouer des partenariats dans le secteur, et "qui n'apporte aucune valeur ajoutée", d'autant plus que les autorités rejettent toute "mise en ordre" ou critique de la part des opérateurs du secteur.

Dans la même optique, il affirme que le lancement de la certification électronique n'exige aucunement deux années, tel qu'annoncé par Zohra Derdouri. La décision découle tout autant d'une gestion bureaucratique de freinage et de blocage.

L'évolution de l'écosystème des TIC passe ainsi par la séparation de sa gestion du Ministère de la Poste, estime ce PD-G d'un provider de solutions satellites.

Citant l'exemple d'Algérie Télécom, l'expert en TIC prône "un management stratégique" au détriment d'une "gestion administrative d'une entreprise économique".

L'invité de Radio M revient sur "la myopie des autorités" dans l'avènement de la 3G. "Le Ministère a pris le lancement de la 3G à la légère", affirme-t-il. D'ailleurs, "leurs prévisions étaient très basses par rapport aux chiffres annoncés hier par l'ARPT (Autorité de régulation des Postes et Télécommunications)."

Il a rappelé que le retard survenu dans le lancement de la 3G, initialement prévu le 1e décembre 2013 avant d'être retardé à la fin du même mois, est dû à une négligence. "Les autorités concernées ont oublié qu'il faut un décret pour le lancement de la 3G."

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.