MAROC
25/12/2014 08h:13 CET | Actualisé 25/12/2014 08h:40 CET

Interview exclusive avec Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication au Maroc : les chaînes privées, c'est pour bientôt

MAP

INTERVIEW - Le Maroc s’apprête depuis plusieurs années à ouvrir l’audiovisuel au privé. Combien de temps faut-il encore attendre ? Le marché de la publicité permettrait-il la libéralisation du secteur ? Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, répond aux questions du HuffPost Maroc.

HuffPost Maroc : Lors d’une rencontre organisée en 2012 avec les directeurs de la presse écrite vous aviez annoncé un accord avec la HACA "pour décaler de 2 à 3 ans, l’autorisation de l’entrée des chaînes privées". Qu’en est-il aujourd’hui ? Combien de temps nécessiterait le parachèvement du processus ?

Mustapha El Khalfi : Lorsque j’avais évoqué la question du report momentané de la libéralisation, c’était à titre indicatif au vu de l’évolution que connaît le champ audiovisuel au Maroc.

Nous sommes convaincus du fait qu'il est temps de parachever le processus de la libéralisation. Mais, en vertu de la loi, la Haute autorité de la communication audiovisuelle est seule compétente en matière d’octroi des licences audiovisuelles, et la décision d’élargissement du champ de la libéralisation dépend exclusivement d’elle.

Notre rôle en la matière est de contribuer à la mise à niveau de notre champ audiovisuel en perspective de l’échéance de la libéralisation qui ne tarderait pas à avoir lieu. Et dans une démarche d’accompagnement et de prospection, le ministère de la Communication s’apprête à lancer un appel à manifestation d’intérêt dans ce sens.

Sur combien d’initiatives tablez-vous après la libéralisation ? Selon vous, le marché de la publicité permettrait-il d’accueillir plusieurs chaînes privées ?

L’attractivité du Maroc pour les investissements étrangers n’est plus à démontrer. La stabilité, le développement et la qualité du climat des affaires qui s’est nettement amélioré font que notre pays est devenu une destination privilégiée pour les investissements étrangers, et ce dans tous les secteurs d’activité.

Pour ce qui est du secteur de la publicité, je rappelle que le Conseil de la concurrence avait publié en septembre 2013 une étude préconisant l’ouverture du marché de la télévision à de nouvelles initiatives.

Cette étude, que nous saluons, avait encouragé la concurrence dans ce secteur. Elle avait conclu aussi que le secteur de la communication audiovisuelle est régi par une législation qui n’interdit pas la libéralisation du secteur, bien au contraire elle l’encourage et favorise le pluralisme et la diversité de l’offre, ce qui contribue à promouvoir la concurrence.

Dans quelle mesure la télévision numérique favoriserait-elle la libéralisation et l'ouverture du secteur sur des initiatives privées ?

La transition vers la Télévision numérique terrestre (TNT), qui devra avoir lieu en juin 2015, aura un impact très positif sur le processus d’élargissement de la libéralisation du champ audiovisuel, du fait que l’arrêt de la diffusion analogique permettra de libérer les fréquences et offrir par là même un potentiel important pour l’exploitation.

La transition permettra également une augmentation importante des capacités de diffusion, une meilleure image et un meilleur son, des possibilités de réception en portable sur antenne intérieure et des services interactifs. Ce qui permettra certainement d'attirer des projets de chaînes privées.

Lors d'une tentative de libéralisation de l'audiovisuel en 2007, la HACA, après appel d'offres, n'avait retenu aucune candidature. Le scénario ne risque-t-il pas de se répéter ?

Tous les indicateurs affirment que la libéralisation est une question de temps. Le contexte médiatique international et régional, les développements technologiques, les défis que pose la concurrence étrangère sont autant d’éléments qui plaident pour le parachèvement du processus de libéralisation.

Et il ne faut pas perdre de vue que ce processus a été déjà déclenché avec la chaîne Medi1 TV qui est devenue en mai dernier une chaîne privée, suite à la nouvelle licence d’exploitation qui lui a été accordée par la HACA.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.