ALGÉRIE
24/12/2014 11h:14 CET | Actualisé 24/12/2014 11h:16 CET

JS Kabylie: 44 entraîneurs sont partis depuis la venue de Mohand Cherif Hannachi

Facebook

Un terne record dans l'histoire de la JS Kabylie. 44 entraîneurs sont passés par le club algérien en 22 années de présidence de Mohand Chérif Hannachi. Depuis son arrivée à la tête du club kabyle en 1993, 29 entraîneurs et 15 adjoints ont démissionné ou été limogés, rapporte aujourd'hui 24 décembre le quotidien arabophone El Khabar, sans inclure les membres de l'administration du club.

Trois entraîneurs uniquement ont pu conserver leurs places dans le banc du club kabyle durant plus d'une saison depuis l'arrivée de Mohand Chérif Hannachi, dont Aït Djoudi durant la saison 2013/2014, Kamel Mouassa entre 1997 et 1999 et Djafar Harouni de 1994 à 1996.

D'autres entraîneurs, à l'image de Mustapha Beskri, n'ont même pas atteint un mois d'exercice avant leur limogeage par Hannachi.

Des chiffres qui n'ont pas manqué d'augmenter en 2014, puisque trois entraîneurs ont déjà démissionné de la JS Kabylie durant cette période, en l'occurrence le français François Ciccolini, le belge Hugo Broos et l'algérien Azzedine Aït Djoudi.

Dix managers étrangers ont par ailleurs été recrutés par l'actuel président du club kabyle, y compris François Ciccolini, venus de 6 pays différents. Le quotidien El Khabar cite les français Jean-Yves Chay, Christian Coste, Christian Lang, le suisse Geiger Alain, le roumain Alexandru Moldovan, le bulgare Ianko Guilov, l'italien Enrico Fabro et le brésilien Da Cunha Gaucho.

Les anciens joueurs de la JS Kabylie ont également subi "la colère" de Mohand Hannachi, à l'instar de Moussa Said et Mahieddine Khalef.

La présidence de Mohand Chérif Hannachi à la tête de la JS Kabylie est ainsi marquée par une fin brutale d'une stabilité jadis enviée dans le championnat algérien, que le croate Stefan Zywotko et son adjoint Mahieddine Khalef avaient sauvegardé durant 13 années (1976-1989).

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.