MAROC
16/12/2014 06h:58 CET | Actualisé 16/12/2014 07h:02 CET

Des Marocains qui recrutaient des femmes pour Daech arrêtés à Sebta, Melilla et Barcelone

shutterstock

TERRORISME - Sept personnes ont été arrêtées mardi en Espagne et au Maroc dans le cadre d'une enquête sur le recrutement de femmes devant être envoyées en Syrie et en Irak pour le compte de l'organisation Etat islamique (EI), groupe qui contrôle de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie où il a proclamé un "califat".

Selon le communiqué du ministère de l'Intérieur espagnol, quatre femmes, dont une mineure, et trois hommes ont été interpellés à Barcelone, à Sebta et Melilla, ainsi qu'à Fnideq.

La Direction générale de surveillance du territoire marocaine a également participé à ce coup de filet.Toutes les personnes interpellées sont accusées d'être des membres d'un réseau de recrutement et d'envoi de femmes sur le front syrien-irakien de l'organisation terroriste Daesh (Etat islamique)", précise le communiqué en ajoutant que des perquisitions étaient encore en cours mardi matin.

Une centaine d'Espagnols auraient rejoint les rangs de "milices jihadistes" dans les zones de conflit en Irak ou en Syrie, avait annoncé mi-novembre l'ambassadeur d'Espagne en Irak, Jose Maria Ferre de la Pena, lors d'une

conférence sur le jihadisme et Etat islamique.

Ce chiffre est relativement faible par rapport aux centaines de jihadistes français, britanniques ou allemands impliqués. Mais le phénomène n'en inquiète pas moins Madrid, d'autant qu'il concerne de près ses enclaves au Maroc, Sebta et Melilla, d'où sont issus la plupart des jihadistes espagnols.

En août, une adolescente de 14 ans avait justement été interpellée à Sebta. "Nous avons eu 15 plaintes déposées pour disparition par des familles à Sebta, dont 9 habitants de Sebta, parmi eux deux femmes dont une mineure, et

six Marocains", a déclaré récemment à l'AFP le porte-parole de la préfecture de l'enclave, Roberto Franca.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.