ALGÉRIE
07/12/2014 06h:20 CET | Actualisé 12/08/2015 11h:42 CET

Madani Mezrag a organisé une "université d'été" de l'Armée islamique du Salut (AIS) dans les montagnes de Jijel

L'armée islamique du Salut (AIS) a organisé une "université d'été" à la fin du mois d'aout dans les montagnes de Jijel, révèle ce dimanche le journal El Khabar dont l'article intitulé "le pouvoir permet à l’AIS d’activer" est assorti d'un photomontage, montrant d'ex combattants et leur chef, Madani Mezrag.

"L'université d'été" consacrée à la "situation en Palestine", a été organisée "sans autorisation légale" a indiqué Madani Mezrag "mais toutes les institutions de l'Etat y compris l'armée étaient au courant".

Photomontage d'El Khabar sur "l'université d'été" de l'AIS

ais montage

El Khabar dit avoir obtenu la vidéo montrant la rencontre qui a eu lieu le 15 aout dernier, dans la commune de Tassoust, à Jijel, dans une zone forestière, en présence de nombreux anciens membres de l'AIS.

Même si la rencontre était consacrée à la Palestine, Madani Mezrag a consacré une vingtaine de minutes de son discours pour parler des relations entre l'AIS et le pouvoir et à la préparation au lancement d'un parti qui va recevoir, selon lui "l'agrément légal".

Pour Mezrag, qui parle comme si l'AIS existait encore, l'armée islamique du salut est une "des briques avec lesquelles doit être construit l'Etat algérien tout comme les autres organisations politiques. Nous œuvrons à rassembler nos rangs dans l'organisation afin d'appeler les Algériens au grand projet islamique pour lequel ont sacrifié les moudjahidine et les chouhadas".

Un projet qui était, selon lui, consacré par la proclamation de novembre appelant "à un état algérien indépendant souverain démocratique et social dans le cadre des principes islamiques".

A ceux qui disent que nous activons sans "agrément, ni autorisation, nous disons que nous sommes sur le point de déposer la demande d'agrément et nous allons l'obtenir. Et notre atcion se déroulera dans le cadre de la constitution, de la loi et de la légalité".

Mezrag reçu par Ouyahia dans le cadre des consultations sur la Constitution

mezrag ouyahia

Dans une déclaration au journal El Khabar, Madani Mezrag, affirme que la situation de l'AIS était différente des autres organisations armées. "Il est une extension du Front Islamique du Salut. Et malgré la dissolution de l'organisation, le décrét présidentiel relatif à cette dissolution a préservé aux membres leurs droits civiques et politiques".

LIRE AUSSI:

Les islamistes enjeu du bras de fer entre l'opposition et le pouvoir

Consultations d'Ouyahia : un sénateur FLN fustige les discussions avec les "émirs de la guerre"

Il affirme que les contacts avec les institutions de l'Etat sont "continues" et que les rapports n'ont jamais été rompus et qu'ils demeureront "jusqu'à ce que les problèmes des membres de l'organisation soient réglées".

"Ce n'est pas la première fois que nous organisons des activités. L'université d'été a été organisée sans obtenir d'autorisation de la part de l'administration. Mais nos travaux ont eu lieu au vu et au su de toutes les institutions de l'Etat y compris l'institution militaire. Notre travail avec l'Etat est officiel. Et quand nous menons une activité nous en informons toutes les instances concernées".

Madani Mezrag s'est dit convaincu que le "problème de l'agrément» va être résolu avec la "nouvelle constitution. Les personnes soucieuses de sauver l'Algérie, qu'ils soient de chez nous ou du pouvoir, nous ont demandé de nous entendre avec eux". A une question sur Ali Benhadj, Mezrag a eu une réponse alambiquée : "Il est toujours avec nous mais nous refusons qu'il continue à agir avec la mentalité des années 90".

Madani Mezrag a régulièrement affirmé que les accords prévoyaient un retour du FIS dans le jeu politique mais le pouvoir a constamment refusé un retour de l’ancien parti. Les dirigeants du FIS ont constamment reproché à Madani Mezrag d’avoir fait le jeu du pouvoir en lui permettant de réduire les négociations à un simple problème de réinsertion des éléments armés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.